Archives Mensuelles: août 2012

15 ans pendant trois jours

Je crois qu’il est naturel de penser que la meilleure musique du monde a été composée quand on était ado. Sans sombrer dans la psychologie de troquet, il me paraît logique d’avoir une affection particulière pour les artistes qui ont fait la bande son de nos premières amours, de nos premiers potes, de nos premières conneries. Rock en Seine fêtait ses 10 ans d’existence ce week-end. L’occasion pour moi de me replonger dans cet âge d’or faits d’appareils dentaires, de boutons d’acné et de dilemmes cruciaux du type « Est-ce que j’achète OK Computer de Radiohead ou Without you I’m nothing de Placebo ? On fait un billard ou deux parties de baby-foot ? »

Pour bien faire, Rock en Seine avait mis les petits plats dans les grands souvenirs, avec une programmation très oldie. Il était l’heure pour moi de chausser mes Converse rouges, mon t-shirt spécial sueur & festival, et de m’engouffrer dans le métro 10 direction Boulogne – Pont de Saint-Cloud.

24/08/12 : Premier jour

Vendredi, j’arrive sur le site aux alentours de 17h. J’ai raté Billy Talent, je m’en remettrai. Je les ai déjà vus à Sziget, en 2010, c’est supportable en concert, mais avouons-le, ça ne casse pas des briques. Repérage des lieux et des postes stratégiques (les buvettes). J’ai rendez-vous avec un ami un peu plus tard dans la soirée, je prends le temps de repérer un point de rendez-vous facile à trouver. J’avance vers la scène principale et prend en cours de route le concert d’Asteroïds Galaxy Tour. Je ne connais pas. Cette pop vitaminée teintée d’électro n’est pas pour me déplaire, le groupe emmené par une jolie chanteuse blonde n’est pas sans me rappeler un autre, comprenne qui pourra !

Fin du concert, et opération kébab ! Vite, car il est temps de prendre place dans les premiers rangs pour un groupe avec lequel j’ai un gros paquet de souvenirs : Dionysos. Je ne les ai jamais vus en concert, mais après tout le bien qu’on m’en a dit, l’impatience est à son comble. Et le petit groupe emmené par Mathias Malzieu est au rendez-vous. Entrée sur scène au son de la marche impériale, les fans de Star Wars dont je fais partie apprécient. Très vite, la pluie s’arrête et le set se transforme en une espèce de grand n’importe quoi. Autour de moi, les slams s’enchaînent, le groupe se déchaîne pour atteindre un paroxysme aux premières notes de « Song for a Jedi ». Toute une époque, je vous ai prévenus d’emblée ! Ovationné, le groupe salue longuement un public conquis, avant que la régie coupe les micros, manifestement pour les obliger à quitter la scène. La rigueur d’un festival impose des horaires à respecter, mais j’en garde l’impression que Dionysos aurait volontiers joué quelques chansons supplémentaires.

Il est temps de retrouver un vieux compère, avec qui j’avais déjà eu le bonheur de participer à l’édition 2004, alors enflammée par Melissa auf der Maur et Muse. On en reparle avec passion. Les bons concerts ne s’oublient pas. C’est l’heure pour Bloc Party de monter à la tribune. Autour de nous, le public est motivé, les morceaux s’enchaînent, c’est frais, mais avouons-le, assez répétitif. La discussion commence à tourner autour de la qualité des batteurs sur la scène actuelle. Je ne suis pas batteur, ce n’est pas le cas de l’ami qui m’accompagne, avec qui j’ai eu la chance de pas mal jouer il y a dix ans. Le constat est partagé, le batteur de Bloc Party tourne toujours plus ou moins sur les mêmes breaks. C’est propre, cela ne fait aucun doute, mais c’est lassant. Même si je dois rendre honneur au chanteur pour avoir dédicacé une chanson aux Pussy Riot, le constat est sans appel et bien résumé par la belle @shirvika : « Un concert de Bloc Party, ça ressemble à un gros medley d’une heure et demi. »

Nous partons donc un peu avant la fin du concert, direction la scène de la Cascade, pour Sigur Ros. Je ne m’étalerai pas sur ce moment pénible. Je ne souhaite pas en dire du mal, je me contenterai donc de dire que c’était pas notre truc. Et puis j’ai soif et en plus je veux être bien placé pour le concert de Placebo.

Il faut quand même que je vous explique. Dire que j’ai beaucoup écouté ce groupe est un euphémisme. À la longue, c’est devenu le groupe que j’adore détester. Il y a pour moi trois périodes Placebo. La première période, faite des deux premiers albums (Placebo et Without you I’m nothing), c’est l’époque de la créativité, de l’authenticité, oserais-je le mot ? Du génie. La deuxième période, faite des deux albums suivants (Black Market Music et Sleeping with ghosts), est celle de la consécration. En tout cas c’est ce que j’écrirais si j’étais un gratte-papier à deux euros des Inrocks, ce magazine bien coiffé des jeunes qui disent oui au Traité Constitutionnel Européen. Un son plus « mainstream », mais tout de même de bonne qualité. La troisième période, enfin, faite des albums Meds et Battle for the Sun, étant proprement inaudible. Le succès corrompt les plus purs, paraît-il, et les voix de la chanteuse des Kills ou du chanteur de REM sont comme un bandeau publicitaire qui dit : « On est des stars, regardez qui chante avec nous. » Heureusement, Placebo et moi avons ce point commun qui est la conviction qu’ils ont arrêté la musique il y a une dizaine d’année. Résultat, le set est fait de pas mal de vieilles chansons, notamment « Teenage Angst » et « I know », extraites de leur premier album. Seule « Every you every me » est choisie parmi les chansons de l’excellent second album, et c’est le gros point noir de la prestation. Pour le reste, le groupe ne vieillit pas : le visuel est toujours très soigné, et le leader Brian Molko toujours aussi con. J’en veux pour preuve cette intervention qui m’a laissé bouche bée : « Merci d’avoir bravé toute cette pluie et tout ce mauvais son pour venir nous voir. » Asshole ! C’est parce que tu es frustré de ne pas être en tête d’affiche du premier jour que tu dis ça ?

Mais nous sommesà la fin du premier jour, et il est temps d’aller au lit pour recharger les batteries.

25/08/12 : Deuxième jour

Un Mac Do, un dodo, et me voilà en route pour la place Saint-Michel afin de retrouver mes deux acolytes, @LazarusReed et @shirvika, avec qui je passe ce deuxième jour. Il s’agit d’économiser ses forces, donc ses mouvements. Aujourd’hui, nous restons exclusivement sur la scène principale, ne la quittant que pour des raisons vitales : Hot-Dog, frites, bières, pipi. Une bière à la main, nous assistons au concert des belges de dEUS. C’est agréable, entraînant, et ça me rappelle Kasabian. On me fait remarquer que j’ai raté une occasion de fermer ma gueule, puisque dEUS tourne depuis plus de 20 ans, ce qui n’est manifestement pas le cas de Kasabian. Je m’en fiche, le concert est plaisant, c’est tout ce qui compte.

Sur la scène principale, l’avant-dernier concert est un sacré événement. Noël Gallagher’s high flying birds. Autrement dit, Oasis sans les engueulades avec Liam. Objectivement, on ne fait vraiment pas la différence entre les deux formations. C’est toujours plus ou moins la même chanson, mais comme la chanson est bien, pourquoi s’en priver. Bien entendu, quelques chansons d’Oasis sont jouées pour l’occasion, joyeusement reprises par le public qui réclame en vain « Wonderwall ». Quand je vous disais que j’ai eu 15 ans pendant trois jours. On se quitte sur le très célèbre « Don’t look back in anger ». Puissant.

La nuit tombe enfin, ainsi que quelques gouttes d’une pluie qui ne dure pas. Les américains de Black Keys s’apprêtent à apporter leur contribution à cette journée. Le groupe parle peu, joue beaucoup, joue bien. Rien de révolutionnaire dans la musique du duo, mais ça sonne à contre-courant de ce qui se fait actuellement. L’ensemble est maîtrisé, énergique, enthousiaste. Grosse déception cependant, les artistes quittent la scène après un set bien court, et ne reviennent pas. En tant que tête d’affiche de cette journée, ils auraient pu faire mieux sur ce point. Nous rentrons à Paris, mais cette fois je ne raconterai pas notre épopée du retour à Paris tant elle est faite de détails que la morale réprouve.

26/08/12 : Troisième jour

Troisième jour, et l’occasion de voir enfin sur scène des groupes que j’écoute depuis le collège. Il est 18h, quand les Dandy Warhols arrivent sur la scène principale au son de « Be-In ». Le moment est perturbant, partagé entre la joie d’entendre des titres mille fois chantés à tue-tête comme « Not if you were the last junkie on Earth » et la déception d’un show finalement mollasson, poussivement emmené par chanteur qui semble aussi camé que Kurt Cobain à ses dernières heures. Sans être franchement désagréable, on finit par trouver le temps long.

Accompagné d’une amie, j’ai le temps de retrouver @Citizen_Sam afin de boire une bière en médisant sur le dernier single de Muse. Il me confie qu’il attend comme moi ce qui ressemble à un plaisir coupable, le punk très mainstream de Green Day, le groupe qu’on a tous un peu honte d’apprécier. Nous devons déjà nous séparer, car je dois retrouver à l’autre bout du site des amis que je n’ai d’ailleurs jamais trouvés. On s’assoit, on boit une bière et on fume quelques clopes en écoutant les « Avant-Scène All-Stars ». Moment joyeux et reposant, il le faut, car déjà je m’apprête à rejoindre la scène principale pour le groupe que tout le monde attend, les californiens de Green Day.

En arrivant, je constate qu’une foule déjà nombreuse s’est agglutinée pour être le plus près possible de la scène. Je me fixe un peu sur la gauche, où je sympathise avec un petit groupe de grenoblois venus spécialement pour l’occasion. La bonne ambiance autour de moi est à la mesure de l’impatience qui nous habite. Je serais bien incapable de dire par quelle chanson le trio enrichi pour l’occasion de musiciens additionnels a démarré son concert. Ce que je sais, en revanche, c’est que mon pogo-mètre est à son niveau maximal, autour de moi ça crie, ça chante, ça bouge, ça saute, la sensation est enivrante. Le chanteur Billy Joe Armstrong est en grande forme, transforme des morceaux de 3 minutes en morceaux de 10 minutes, occupé qu’il est à s’interrompre pour jouer avec le public. Ses complices ne sont pas en reste, affichant ostensiblement la joie d’être sur scène. C’est déjà l’heure pour eux de jouer « Holiday ». Je salue alors mes grenoblois avant de leur demander de me hisser au dessus de la foule pour un slam bien mérité. J’atterris un peu plus avant au moment du pont basse-batterie. Le public est au bord de la fusion nucléaire, et l’enchaînement avec « Burnout » n’arrange rien, tant mieux. Green Day, dans une forme impériale, sait aussi rendre hommage à ses aïeux du rock, avec une reprise hallucinante de justesse du « Highway to hell » d’AC/DC. À côté de moi, la jeune fille qui ferait passer Ellen Page pour une camionneuse ne semble pas impressionnée par les armoires normandes qui se dressent devant nous. Elle connaît par cœur l’ensemble de la discographie du groupe, qu’elle chante à pleins poumons, tout en sautant partout comme un enfant cocaïné. Je me dis qu’il faudrait au moins que j’arrête de fumer pour en être capable. Le spectacle dure ainsi deux heures, sans que jamais la tête d’affiche ne se prenne au sérieux. On est là pour faire la fête, rire, et foutre le bordel. C’est la consigne donnée au public et les artistes sont les premiers à montrer l’exemple. Une pause, un rappel entamé avec « American idiot », et déjà c’est fini. Le public en veut encore, et continue à chanter jusque dans les métros bondés qui reprennent le chemin de la capitale. Rock en Seine, c’est fini pour cette année, on a pris un coup de jeune, juste ce qu’il fallait pour pouvoir accepter la dure réalité de la rentrée qui nous attend.

Bonus Cocaïne et mauvais esprit :

Publicités
Tagué , , , , , , , ,

En attendant la fin des vacances.

Toujours du bon côté du manche. L’histoire faite par les vainqueurs, tout ça. Regardez l’équipe de handball championne olympique. Elle perd un match en poule et elle est traitée de vieillissante, sur le déclin, par ce temple de la presse sportive historiquement de droite, j’ai nommé L’Equipe. Reprenez cette même équipe, quelques jours plus tard, après une médaille d’or, et on salue fébrilement les exploit de ces « experts » aux blagues de caserne. Et Vae Victis.

Le Front de Gauche, c’est pareil, on cajole et on brosse dans le sens du poil tant qu’on a besoin de suffrages, et puis sitôt élu, on crache, on méprise, on reprend la même morgue terminologique et politique que les prédécesseurs. L’expression « social-traître » a souvent été utilisée par les gauchistes pour se plaindre des retournements de veste du parti soi-disant socialiste. En ce qui me concerne, le président Hollande a comblé en prenant le pouvoir la seule exigence que j’avais pour ce quinquennat : virer le nain. Pour le reste, je rejette l’expression évoquée, car « traître » suggère qu’il y a quelque chose à attendre de cette organisation là, inscrite aux premiers rangs de nos ennemis de classe.

Alors voilà, quel bilan pour cet été ? Quelques médailles d’or, l’impression surtout que les journalistes sportifs sont au sport ce que les journalistes sont à la presse : un nuage creux avec des fautes de syntaxe. Un peu de chaleur en août, il était temps après le début d’été pourri. Il paraît que c’est une alerte canicule, un truc capable d’avancer ta date d’héritage. Malheureusement Giscard et Thatcher vont toujours très bien, une autre preuve de la véracité du dicton selon lequel ce sont les meilleurs qui partent les premiers. Chez PSA, chez Doux, ça pue la merde. Fralib, guère mieux.

Note positive, des voix se font entendre même au sein du parti de la gauche de droite, contre le TSCG. Les beaux discours du Front de Gauche sur la Banque Centrale Européenne sont même parfois repris. Prêter l’argent directement aux États nous dit-on ! Prêter quel argent ? Celui que le Capital vole perpétuellement aux travailleurs ? Avec intérêt en plus ? Concrètement ça veut dire quoi ? Actuellement, chaque mois, on (le Capital) vous vole une chaîne hi-fi, la refile à un receleur (les banques publiques), le receleur refile ça à un fourgue (les banques privées), qui vous revend votre matos à un prix exorbitant. Ce que propose le Front de Gauche aujourd’hui, c’est de racheter le matos directement au receleur. C’est sûr que c’est un progrès, mais ça ne change rien sur le fond. Bref, l’extrême-gauche du parti de la gauche de droite est favorable à la plus docile des revendications du Front de Gauche. L’interdiction des licenciements boursiers (et je ne parle même pas des autres), la planification écologique, etc, faut quand même pas déconner. Dois-je m’attarder sur les gauchistes qui nous tapent dessus ? Leur marxisme mal digéré vire au fantasme et ne vaut guère la peine d’être développé (une contrepèterie suffit). C’est dommage, contrairement aux autres, je les crois sincères et soucieux de changer la société.

Voilà, c’est la rentrée. On a quand même passé de bons moments cet été, quelques apéros, quelques bons films (à ce sujet, je trouve que Ken Loach a vachement le moral en ce moment), quelques bons concerts, et puis il y en a encore, des bons moments à venir, avec Rock en Seine pour rendre la rentrée moins douloureuse, et La fête de l’Huma, pour voir les copains, les camarades, rentrer à nouveau de plain-pied dans la politique et en profiter pour voir quelques grands noms du rock au premier rang desquels je ne peux faire autrement que de placer Patti Smith. En attendant, je vous laisse avec une chanson de circonstance, d’un groupe que vous viendrez peut-être voir avec moi dimanche à Rock en Seine. Lire la suite

Tagué , , , , , , , ,