Archives de Tag: Front de Gauche

Les partis brûlent-ils ?

Pour mes camarades du PG qui gardent la tête froide.

Suite des réflexions entamées dans le précédent billet.

Petite précision à l’attention de ceux qui ne lisent que ce qui les arrange : je suis fermement favorable à la constitution de listes Front de Gauche aux municipales partout où cela est possible, comme je l’ai voté en mars dernier au congrès du Parti de Gauche. Cela inclut évidemment la ville de Paris.

Cela étant posé, je reviens sur le climat délétère qui gangrène actuellement les relations au sein du Front de Gauche et à l’intérieur du Parti de Gauche. Les responsables sont comme toujours à chercher dans la minorité. La minorité des dirigeants communistes parisiens, d’abord, qui propose à ses militants de se prononcer en faveur d’une liste commune avec la candidate solférienienne Anne Hidalgo dès le premier tour. Un tel choix serait, j’en suis convaincu, une grave erreur d’appréciation de la situation politique actuelle. Mais je l’ai déjà dit : c’est mépriser nos camarades parisiens que de partir du principe que ceux-ci feront le même choix que leurs dirigeants. Personnellement, j’espère qu’ils les contrediront, mais je n’ai pas d’information sur ce point, alors j’évite les plans sur la comète (contrairement à cette rumeur qui a circulé sur les réseaux sociaux, je n’ai jamais parié un restaurant avec Nathanaël que le PCF parisien s’allierait au PS dès le premier tour).

Plus grave que le mépris à l’égard de nos camarades communistes parisiens, le mépris que certains, notamment au PG, affichent à l’égard des autres camarades communistes. Ils semblent ne pas remarquer qu’à Marseille (qui est une petite bourgade sans importance, comme chacun sait), Aix, Montreuil et tant d’autres, le PCF a opté pour des listes autonomes sous l’étiquette Front de Gauche. Ce mépris là touche aussi les militants PG hors de Paris, qui se préparent à des situations bien délicates, quand ils devront travailler avec le PCF local tout en gérant la haine déversée par leur direction parisienne.

N'oublions pas ce qui nous rassemble.

N’oublions pas ce qui nous rassemble.

Une alliance PS-PCF à Paris serait à coup sûr un sale coup pour le Front de Gauche, je n’en disconviens pas, mais ce qui se joue ces jours-ci m’inquiète bien davantage pour l’avenir de celui-ci. Avec tout le respect que je dois à mon camarade Alexis Corbière, d’où lui vient cette certitude qu’un tel événement mettrait KO le Front de Gauche pour six mois au moins ? La vie politique française, ça n’est pas Paris, et ce genre de prophéties relève davantage de Paco Rabanne que de Karl Marx. Avec tout le respect que je dois à Jean-Luc Mélenchon, depuis quand ce discours qui consiste à mettre un partenaire au pied du mur à coup de déclarations du type « Personne n’est obligé d’être membre du Front de Gauche » ? Tout cela me rappelle tristement le slogan de Reagan « Love it or leave it ! »

Notre incapacité à bâtir une alternative à gauche depuis l’élection de François Hollande est décourageante, mais ce n’est certainement pas en cessant de faire de la politique qu’on avancera. Et ces derniers jours, la ligne du PG n’a rien de politique, et n’a aucun lien avec le « parti creuset » qu’il prétendait être quand j’y ai adhéré en septembre 2012. Elle se résume aujourd’hui en deux axes : premièrement, celui qui ne déverse pas sa haine sur Pierre Laurent et les communistes parisiens est un traître à la solde du gouvernement, deuxièmement, qui s’exprime contre le premier axe n’a pas sa place au PG et doit le quitter. Cela n’a rien de politique, c’est du chantage, et on en voit les effets. Ma décision de ne pas renouveler mon adhésion au PG serait anecdotique, si seulement je n’apprenais pas chaque jour le départ de tel ou tel camarade.

Quand j’ai rejoint le PG, le maître mot était « l’éducation populaire », ce travail qui avait conduit Mélenchon à un score historique à la présidentielle. Contrairement à ce que croient certains idolâtres, ce résultat n’est pas le fruit du seul charisme de tribun du candidat, mais bien le travail acharné des militants de l’ensemble des organisations du Front de Gauche, appliquées alors à défendre le projet de « L’humain d’abord » qui nous rassemblait alors, et, j’ose l’espérer, nous rassemble toujours. Seule cette stratégie pourra convaincre que le Front de Gauche est la véritable alternative aux angoisses de la classe ouvrière, pas le Front National. C’est en luttant aux côtés des travailleurs au quotidien, en expliquant à tous et sans relâche notre projet politique que nous gagnerons. Certainement pas avec ces querelles de riches, ces querelles d’apparatchiks qui ne donnent de nous que l’image de petits tyrans staliniens en puissance.

Bonus musical : Eiffel – Libre

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , ,

Paris brûle-t-il ?

On récapitule. La presse bourgeoise monte en mayonnaise la possible participation du PCF parisien à une liste commune avec le PS aux municipales. J’ai fait un test en salle des profs : tout le monde s’en fout, mais c’est sans doute parce qu’il s’agit d’une profession très peu politisée.

Malgré cela, on nous explique que ça serait une catastrophe pour le Front de Gauche qui ne s’en relèverait jamais. J’ai fait un test en géographie. Environ 63,6 millions de Français ne sont pas Parisiens. Rendez-vous compte : ça ne représente même pas 97% de la population française !

On nous explique aussi que la décision est pliée. « Mon Front, tout est rompu. » dit-on, plagiant Eugène Labiche, qui était clairement moins maître dans l’art du vaudeville qu’un quarteron d’apparatchiks en préretraite (Oui, moi aussi je trouve que j’abuse sur les références multiples). On a bien le droit d’avoir une rhétorique de vieux staliniens, on risque rien tant qu’on n’a pas le tampon « communiste ». (NDLR : Kamenev est et restera à jamais une insulte, qu’on se le tienne pour dit.) Peu importe si les « baseux » n’ont pas voté, ils suivront la voix de leurs maîtres, paraît-il. Tant pis si tous les militants n’ont pas les mêmes réflexes idolâtres.

On brandit la cohérence de la ligne, la vieille soupe des permanents du Colonel Fabien, toujours prêts à trahir pour des strapontins. Heureusement, on est une incarnation de la pureté politique, sans jamais le moindre coup bas. En fait, on est Lutte Ouvrière, transparents comme la communication d’un laboratoire pharmaceutique.

On s’inquiète de la soirée électorale du premier tour, quand les éditocrates feront leurs choux gras de la division du Front de Gauche à Paris (et sans doute ailleurs). Heureusement, on n’a jamais établi de théorie de la « gauche par l’exemple », de « radicalités concrètes », ou encore « d’éducation populaire ». Heureusement, on n’a jamais défendu l’idée de « bataille culturelle » chère à Gramsci, on n’a jamais parlé d’être « notre propre média ». Non, rien de tout cela, sinon tout notre argumentaire semblerait bien sournois. « Les gens » pourraient penser qu’on les jette dans les bras du Front National, à force de faire de grands discours auxquels on ne croit pas.

Putain, ça donne envie d’être militant !

Bonus musical : Rammstein – Links 2 3 4

Tagué , , ,

L’oligarchie : Better dead than red ?

« Ce n’est pas le locataire du sixième qui est antifasciste, c’est le fascisme qui est anti-locataire du sixième. » Gabriele dans Une journée particulière (Ettore Scola, 1977)

Si j’évoque la célèbre réplique de Marcello Mastroianni à Sophia Loren, ce n’est pas pour évoquer la tradition homophobe des mouvements fascistes. Pourtant, c’est une tradition qui fait froid dans le dos. Himmler, par exemple, déplorait qu’on débusque chaque année dans la Waffen SS une poignée de ces « dégénérés », et avait à cœur de l’en débarasser :

« Aujourd’hui encore, il se présente tous les mois un cas d’homosexualité dans la SS. Nous avons de huit à dix cas par an. J’ai donc décidé la chose suivante : dans tous les cas, ces individus seront officiellement dégradés, exclus de la SS et traduits devant un tribunal. Après avoir purgé la peine infligée par le tribunal, ils seront internés sur mon ordre dans un camp de concentration et abattus pendant une « tentative d’évasion ». Dans chaque cas, le corps d’origine de cet individu en sera informé sur mon ordre. J’espère ainsi extirper ces gens de la SS – jusqu’au dernier. Je veux préserver le sang noble que nous recevons dans notre organisation et I’oeuvre d’assainissement racial que nous poursuivons pour l’Allemagne. » Discours d’Heinrich Himmler prononcé le 18 février 1937.

L’homophobie, quoi qu’on puisse dire, est comme toute autre forme de discrimination un des oripeaux funestes du fascisme. Être homophobe, c’est en assumer l’héritage idéologique. Nul ne peut aujourd’hui nier sans malhonnêteté que la « manif pour tous », cette manif de la honte, est une démonstration fasciste. J’emploie le terme à dessein. On ne peut plus y voir un simple rassemblement de droite conservatrice, ni même d’extrême-droite. Ce qui se joue sous nos yeux, c’est l’agglomération de courants réactionnaires qui ne se parlent pas « en temps normal ». En temps normal, c’est à dire dans les conditions « normales » de l’exploitation capitaliste, les « cols Claudine » et les nostalgiques du IIIème Reich ne se fréquentent pas, pas du même monde. La seule chose à même de les réunir, c’est l’émergence d’intérêts convergents issus d’une crise du système.

« Plutôt Hitler que le Front Populaire », « Better dead than red », ces mots d’ordre éternels de la bourgeoisie réactionnaire résument ce qu’est le socle de la pensée fasciste : l’anticommunisme et plus généralement l’opposition à toute pensée progressiste. La bourgeoisie au pouvoir se fiche pas mal de la corruption de l’État : elle en est la bénéficiaire. Ce qui l’inquiète, c’est la fragilisation du système par les contestations populaires que cette corruption engendre. Il y a donc convergence d’intérêts dans l’objectif d’étouffer la contestation. C’est le sens de la phrase de Mastroianni. Affirmer nos prétentions d’émancipation, c’est ce qui réveille les loups. On a rarement vu quiconque abandonner un pouvoir sans y avoir été préalablement forcé, et les organisations fascistes ne sont rien de plus que le rempart idéologique (voire armé) d’une bourgeoisie qui, préoccupée par l’urgence de sa propre conservation, a tombé les masques.

Le drapeau rouge sur le Reichstag, voilà leur crainte.

Le drapeau rouge sur le Reichstag, voilà leur crainte.

Quand les éditocrates nous reprochent, par notre appel à une VIème République, de « faire le jeu du Front National », il s’agit là d’une théorie qui dépasse de loin les simples comptes d’apothicaires électoraux. Ce qu’on nous reproche, en fait, c’est d’éveiller la conscience de classes. Le raisonnement est d’une perversité rare. En effet, en l’absence de conscience de classe chez les opprimés, la domination de classe est aisément organisée par les partis « classiques » de l’oligarchie. C’est l’éveil à cette conscience des classes qui provoque la guerre de classes, et dans cette lutte, la bourgeoisie se tourne vers les organisations en mesure de « verrouiller » le système, c’est à dire les organisations fascistes.

Le rôle de ces organisations est de disqualifier notre discours, et nous connaissons leurs méthodes. J’en retiens principalement deux. La première consiste à organiser un climat délétère fait de violences, soit pour nous intimider (les méthodes classiques du GUD), soit carrément pour nous en accuser (l’incendie du Reichstag). Pour cela, rien de plus simple. Il suffit de jouer sur la peur de l’autre et la transformer en haine. Les fascistes organiseront donc la stigmatisation des juifs, des roms, des homosexuels etc. afin d’ouvrir le champ à la violence.

GUD, tu es mon ennemi.

GUD, tu es mon ennemi.

La seconde méthode, plus sournoise, relève de la bataille culturelle. Quand Christine Boutin reprend le slogan du Front de Gauche : « On lâche rien ! », je ne peux m’empêcher de penser au Maréchal Pétain qualifiant la République d’Ancien Régime. Retournement sémantique utilisé aussi dans l’expression « Révolution Nationale », quand le régime de Vichy était en réalité synonyme de contre-révolution. De même, quand Frigide Barjot parle de déni de démocratie, c’est en réalité son camp qui refuse le processus démocratique. La récupération terminologique n’est pas innocente. Il s’agit de créer un amalgame, de masquer les profondes différences idéologiques entre le camp du progrès et celui de la réaction. En nous disputant jusqu’à nos propres mots, nos adversaires empêchent le développement et la diffusion de nos idées.

Voilà donc ce que nous promettent ceux qui prétendent que nous faisons le jeu de l’extrême-droite. Comme dit le proverbe, « quand on veut noyer son chien, on l’accuse de la rage », et ce discours est bel et bien celui de ceux qui sont conscients de la honte de leur compromission. Ils veulent nous faire croire que nous les poussons au fascisme par notre refus de l’aliénation de classes, mais nous savons qu’ils se jettent dans les bras de cette idéologie funeste par haine de la classe ouvrière et de sa volonté d’émancipation.

Bonus musical : Les Béruriers Noirs – Porcherie

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Pour la VIème République : Et que vive la Sociale !

Ce week-end, j’ai eu l’occasion de discuter, de manière directe ou indirecte, avec des personnes d’horizons assez différents, de notre marche du 5 mai prochain pour la VIème République. Il en ressort que des clarifications sont nécessaires.

D’abord, un constat, celui de l’échec de la Vème République. Jérôme Cahuzac n’a ici qu’un rôle quasi-métaphorique. Loin de moi l’idée de minimiser la gravité du scandale le concernant, mais il serait idiot d’en faire un bouc-émissaire. Pour autant, pas question de sacrifier celui qui n’est qu’un homme désormais seul (sic) afin de se laver les mains du reste. Pas question non plus de reprendre le slogan poujadiste du « tous pourris ». Comme l’écrivait mon compère du Cri du Peuple vendredi : « Ce n’est pas tous pourris mais tout qui est pourri. » Dans le cadre politique de la Vème république, les hommes honnêtes sont appelés à se corrompre où à se trouver pieds et poings liés.

Source : Commune Communication

Source : Commune Communication

La frontière est parfois ténue entre concession et compromission, entre peser un rapport de forces et avaler une couleuvre. Fixer des limites à son action n’est pas toujours chose aisée, et en un rien de temps, ce système a transformé un militant sincèrement de gauche en serviteur du Capital. Le régime présidentiel se charge de museler les autres. L’épouvante bien orchestrée de la perspective de cohabitation a achevé de garantir un parlement aux ordres de l’exécutif, et en dernier recours, le bicamérisme hérité du Directoire permet une dilution du pouvoir législatif. Résultat, malgré le score de Jean-Luc Mélenchon en avril dernier, le résultat des législatives qui ont suivi n’est pas représentatif de l’influence grandissante de notre projet politique. Et avec la majorité absolue des sièges pour le parti dont le président est issu, notre influence institutionnelle au niveau national est quasi-nulle.

En filigrane, c’est la question de l’État qui se pose à nouveau. Si les partis politiques ne sont que l’outil de conquête de l’État, l’État n’est que l’outil de préservation d’un système politique, économique et social. Par conséquent, l’appel à une Constituante ne doit pas se résumer à un aspect purement institutionnel. Il ne s’agit pas de dire que nous voulons changer de république, il convient d’affirmer quelle république nous voulons. C’est la clé de voûte idéologique nécessaire pour sortir du raccourci « tous pourris ! » C’est aussi ce qui nous protégera des tentatives de récupération de notre mouvement par l’extrême-droite. Sans le volet social de notre discours, il est tentant de rapprocher les « Fronts », et certains ne s’en gênent pas ! Il s’agit donc d’affirmer que nous portons un projet politique à l’opposé des orientations en cours (ANI, Troisième acte de décentralisation, TSCG etc.) : nous ne dénonçons pas ceux qui ont le pouvoir pour devenir califes à la places des califes, nous combattons un outil d’exploitation de l’homme par l’homme.

Vive la Sociale !

Vive la Sociale !

Notre action politique n’est pas faite de « coups » médiatiques, même si nous acceptons parfois de porter le fer avec les mêmes armes que l’ennemi. On ne peut pas dissocier notre appel à une VIème République du reste de nos engagements de terrain. Cet appel se fait dans la continuité de notre travail pour bâtir un Front des luttes, c’est à dire l’incarnation de la convergence des luttes de tous les travailleurs à l’aide de tous les outils à leur disposition : syndicats et partis politiques notamment. C’est pourquoi, je maintiens que cette république n’aura de sens que si elle affirme son caractère anticapitaliste.

Est-ce pour autant une finalité ? Je ne le crois pas, pas plus que la signature de conventions collectives par les syndicats. Ce projet doit être pris pour ce qu’il est : une avancée et surtout un outil dont nous nous dotons pour aller plus loin dans l’émancipation de la classe ouvrière. En ce qui me concerne, je ne serai comblé qu’une fois érigée un système démocratique fondé sur les « conseils ». En russe, ça se dit soviet.

Bonus musical : Patti Smith – People have the power

Tagué , , , , , , , ,

Lettre ouverte à Jean Quatremer

Monsieur Quatremer, j’ai failli ne pas écrire ce billet vous concernant. L’idée m’est venue quand j’ai appris que vous cherchiez des poux à un camarade blogueur, je me suis dit que je lui afficherais mon soutien par ce biais. Et puis nous avons eu cet échange surréaliste sur Twitter, Je ne parle pas de votre menace préventive de procès, voilà qui est une bien pathétique tentative d’intimidation. Je lui ai accordé l’importance qu’elle mérite : aucune. Non, ce dont je me suis rendu compte, c’est que je m’apprêtais à vous faire une publicité déraisonnable. Je ne dispose que d’une audience toute relative, mais à l’heure où les pages de Libération s’affirment de plus en plus comme un bon moyen de caler un meuble bancal, j’ai bon espoir d’avoir bientôt plus de lecteurs que vous. Si à cela j’ajoute que j’ai la gueule de bois, qu’il y a manif à 13h et que j’ai une lessive à accrocher, vous comprendrez que je ne déborde pas d’enthousiasme. Mais j’ai promis, et je n’aime pas faillir à ma parole.

Ouh là ! Je dois faire attention à ce que j'écris.

Ouh là ! Je dois faire attention à ce que j’écris.

Donc, Monsieur, si j’ai bien compris, vous n’aimez pas être traité d’antisémite. C’est désagréable, j’en conviens, et je ne me permettrais pas de relayer cette insulte à votre égard. Cependant, vos récents propos m’ont sérieusement perturbé, et pour en avoir discuté avec d’autres, je sais que je ne suis pas le seul. J’avais pris l’habitude de vos attaques à l’encontre de Jean-Luc Mélenchon, et lors de notre congrès, je m’attendais à de nouvelles attaques, peu importe ses déclarations. C’est la nature du coup porté qui m’a glacé d’effroi. D’incompréhension, d’abord, tant je me suis senti idiot. C’était le samedi soir, je venais de lire le billet de mon ami Nathanaël, je l’ai croisé et lui ai demandé : « Sérieux, c’est quoi le rapport ? » C’est quoi, Monsieur Quatremer, le lien entre l’expression « finance internationale » et la religion juive ? Je vous pose la question car manifestement, je n’ai pas l’intelligence nécessaire pour comprendre cette analyse de la politique européenne qui n’est pas sans rappeler la finesse idéologique de l’album de Tintin L’étoile mystérieuse. Bref, la crédibilité de votre remarque sonne aussi juste que celle de mon voisin du dessus quand il me dit du voisin du dessous : « Il m’a traité de fils de pute, cet enculé ! »

On pourrait disserter longuement sur ce qui se passe dans la tête des gens, faire des procès d’intention et organiser une chasse aux sorcières. Cela n’a guère d’intérêt au fond. J’aimerais toutefois, si vous le permettez, vous donner un conseil. Soyez un peu plus avare de vos menaces, elles pourraient finir par passer pour ce qu’elles sont : des fanfaronnades. Les « insultes » dont vous vous plaignez n’ont pas la gravité d’une insulte de cour d’école, et je sais de quoi je parle. Si nos propos à votre encontre méritaient des procès, alors la moitié de mes élèves pourrait traîner en justice l’autre moitié, et je pourrais moi-même attaquer mes élèves suffisamment souvent pour en faire une source de revenus supérieure à mon traitement. S’il vous plaît, gardons notre sérieux.

Finalement, vous qui êtes si prompt à menacer et à donner des leçons, comprenez-vous seulement le sens des mots ? Connaissez-vous, par exemple, le sens du mot « secte » ? C’est le terme que vous utilisez pour commenter l’expression « gratte-papier » que j’ai utilisée pour vous définir. Contrairement à ce que vous semblez croire, ce n’est pas une insulte, c’est un jugement de valeurs, une appréciation de votre absence de talent. J’y suis autorisé, je ne suis qu’un simple blogueur. Mes billets n’engagent que moi, et j’assume pleinement leur parti pris politique. Je ne suis pas journaliste, je n’écris pas pour informer.

La paille, la poutre...

La paille, la poutre…

Le problème, c’est qu’on se demande si vous, qui vous dites journaliste, écrivez pour informer. Il y a de quoi s’interroger, en effet, quand on constate à quel point vous faites feu de tout bois dès lors qu’il s’agit de porter le discrédit sur le co-président de mon parti. Qu’il s’agisse du vote sur les farines animales au Parlement européen, ou de propos tenus à notre congrès, vous n’êtes pas très regardant. Toujours prompt à vous engouffrer dans la brèche, vous vous souciez assez peu de vérifier si l’argument n’est pas, par hasard, un peu tiré par les cheveux. Loin de moi l’idée de vous faire une leçon de professionnalisme, le métier de journaliste n’est pas le mien. Je me contente ici d’énoncer des faits.

Enfin, vous prétendez n’attaquer que Mélenchon, pas les militants de son parti. Se sentir flétri par ricochets des injures que vous lui adressez serait « sectaire ». Ce qui est ironique, c’est que dans le cas contraire, vous ironiseriez probablement sur des tensions fratricides en notre sein. Monsieur Quatremer, lorsque vous déversez votre fiel sur Jean-Luc Mélenchon, votre cible n’est pas mon voisin du dessous (vous savez, l’enculé qui a traité mon voisin du dessus de fils de pute). Ce n’est pas une attaque contre un individu, mais contre un projet politique. Finalement, vous et moi avons un point commun : nous sommes tous les deux des combattants de la lutte des classes, chacun dans son camp. Ce qui nous différencie, c’est que je l’assume et avance à visage découvert.

Bonus musical : Renaud : Où c’est qu’j’ai mis mon flingue ?

Tagué , , , , , ,

La république n’est pas compatible avec le capitalisme

Y a-t-il vraiment une « affaire Cahuzac », comme il y a eu une « affaire Woerth » ? Ce simple mot, « affaire », enferme tout ce qu’il y a de moisi dans le fonctionnement de la Vème République. Dans le langage convenu des médias et des professionnels de la politique, on n’entend plus guère l’expression « être au pouvoir », le mot « pouvoir » est sale, connoté, le pouvoir c’est nécessairement le pouvoir sur l’autre, une illégitimité quasi-ontologique. Toujours donner l’illusion de ce qui est lisse, l’égalité proclamée par la novlangue. Non, la pensée dominante préfère l’expression « être aux affaires ».

Les affaires de l’État ? Rien n’est moins sûr. Du temps de Chirac, les « affaires » désignent un ensemble de magouilles dans lesquels tant de personnages publics ont trempé. Rien de grave, on pratique l’amnésie à grande échelle, le public oublie. C’est ainsi qu’on peut être mêlé jusqu’au cou dans une affaire sordide de sang contaminé par le virus du sida au milieu des années 80, il suffit d’être patient, on se relève de tout et on finit ministre des affaires étrangères.

Les affaires, c’est les affaires. Les affaires tout court. En Vème République, tout est dans tout, et réciproquement (sic). On dirige un cabinet ministériel, le temps de faire quelques relations, d’épaissir un carnet d’adresses bien utile une fois de retour dans le privé. C’est le système qui le veut, il s’est construit dans une logique de vases communicantes. On naît du bon côté de la barrière de classe, on fait des études de droit, de sciences politiques, on passe par l’ENA, par HEC, Polytechnique… On finit par proclamer élite ce qui n’est que consanguinité toute capétienne. L’un deviendra une figure importante d’un cartel de patrons, son tout petit frère sera président de la république. Pas de complot, juste des logiques cohérentes de préservation de classe.

cover-austerite9avril

Woerth, Cahuzac, d’accord. Voilà les petits derniers d’une liste déjà longue de ceux qui se servent du système pour camoufler leurs magouilles. Avant eux il y a eu Dumas, Tapie, Tibéri, j’en passe et de bien meilleurs. Ces gens-là ne manipulent pas le système, ils sont le système. La liste est longue et s’allongera encore, car elle exprime l’essence de ce qu’est le capitalisme : la recherche du profit maximal par tous les moyens. On peut décider de « moraliser la vie politique », créer pour cela une commission, mettre à sa tête un ancien premier ministre et sans la moindre once de second degré y inclure une ex-ministre VRP en pharmacie. Cela conduira à un changement des règles du jeu, peut-être, mais le jeu continue.

Après Cahuzac, qui viendra ? Peu importe au fond, qu’il soit issu du PS. UMP et FN ont fait leurs preuves dans l’escroquerie. Soyons honnête jusqu’au bout. Remplacez Cahuzac par mon voisin du dessus ou mon boucher, rien ne changera, personne n’est pur. Il n’est pas tellement question de personnes physiques, le véritable problème est que la corruption, la fraude et autres travers vénaux sont consubstantiels au capitalisme.

Vite, la révolution !

Vite, la révolution !

Depuis que la monarchie a cessé d’être sérieusement envisagée en France comme alternative politique, la République s’est peu à peu éloignée de ses buts premiers. Alors qu’elle devrait être perçue comme le choix d’un système politique, elle est reléguée au rôle de fonctionnement institutionnel du capitalisme. Sous la Vème république, les élus du Front de Gauche ne pourront jamais guère faire mieux que contribuer à limiter la casse sociale, notamment au plan local. Mais même quand nous serons majoritaires au niveau national, cette fausse république au service de l’oligarchie nous enchaînera. On ne pourra pas mener une véritable politique de gauche dans son cadre.

L’appel que nous avions lancé lors de la dernière campagne présidentielle n’était pas un hochet, un produit marketing de campagne. C’est une nécessité, la condition sine qua non de notre réussite. La Vème République, c’est la confiscation de la souveraineté populaire au profit de l’oligarchie, c’est une république en trompe l’œil.

main

Cet appel, nous le renouvelons aujourd’hui. Nous voulons la VIème République car nous voulons rendre le pouvoir à son seul propriétaire légitime : le peuple. Nous voulons la VIème République car nous voulons la République.

EDIT : Pour aller plus loin sur le sujet : Pour la VIème République : Et que vive la Sociale

Images : Naz Oke

Bonus musical : Midnight Oil (encore) – Redneck Wonderland

Tagué , , , , , , , ,

Les écosocialistes mangent-ils les enfants ?

C’est amusant comme depuis l’époque où un « spectre » hantait l’Europe, le pouvoir et ses relais médiatiques n’ont de cesse de disqualifier notre camp en nous flétrissant des pires maux. Être communiste, ou quoi que ce soit qui s’en rapproche, c’est nécessairement être un fou violent et sanguinaire, ou aspirer à le devenir. Quand nous ne sommes pas en train de dévorer des enfants, nous pratiquons l’antisémitisme, et le reste du temps nous nous baignons dans le sang de nos ennemis. Depuis le bolchevik au couteau entre les dents jusqu’à François Delapierre et son expression de « 17 salopards », nos adversaires font feu de tout bois pour nous discréditer. Comment pourrait-il en être autrement ? Je l’ai souvent répété : leur avantage principal réside dans une conscience de classes qui nous fait défaut. Ils savent qu’il s’agit d’une lutte à mort et que nos rêves doivent être anéantis.

bolchevique-couteau02

Parmi les journalistes aux ordres, il y a les vicieux, comme Monsieur Quatremer, qui élabore des raisonnements inquiétants pour déclarer que Jean-Luc Mélenchon est antisémite. Il y a le troupeau d’ânes fainéants qui répètent ce genre d’accusations en boucle, à l’image de Monsieur Aphatie, et puis il y en a un peu plus retors que d’autres. C’est le cas de Madame Sophie de Ravinel, qui écrit dans le Figaro

« Mais lui et d’autres dirigeants communistes présents au congrès, dont Pierre Laurent, ont été gênés, sans le dire publiquement, par la volonté exprimée par le PG de créer des «listes» de personnalités à faire tomber, que ce soit des chefs d’entreprise ou des maires… «Dresser des listes, c’est du populisme. Et les dérapages sont plus fréquents lorsque l’on prétend, comme le PG, vouloir concurrencer le FN sur son propre terrain, ce dont nous nous gardons», commentait dimanche un membre de la direction du PCF. »

En voilà, un propos bien sournois, autant qu’original. En effet, ce paragraphe est un prototype de malhonnêteté calculée. Ici, l’objectif est clair : remuer l’idée selon laquelle le Front de Gauche serait divisé avec d’un côté un PCF avec les gentils modérés, et de l’autre un PG avec les extrémistes violents. Tant mieux, ces attaques auront court tant que le Front de Gauche sera une formation politique qui effraie le pouvoir. Quant à mes camarades communistes, ainsi que ceux des autres formations du Front de Gauche, nous sommes conscients de la tâche que nous avons à mener. Nos désaccords sont plus rares que nos convergences, et l’unité est notre maître-mot.

Mais la malhonnêteté du propos vient ici surtout de la manière biaisée dont sont rapportés nos débats. De listes, il a été effectivement question, puisque c’était l’objet d’un débat concernant l’élaboration de notre texte d’orientation. L’amendement évoqué ici et soumis au vote des congressistes (Amendement n°2, soyons précis) se présentait sous la forme suivante :

« Aujourd’hui, la domination oligarchique n’a pas de limites, ceux qui construisent et renforcent ce système inique l’assument sans vergogne. Nous, la gauche qui se bat aux côtés des citoyens, nous la gauche par l’exemple, nous l’autre gauche, les désignons nommément comme responsables des dégâts et malheurs qu’accompagnent la confiscation des biens et des pouvoirs au peuple. Nous appelons au renversement du système oligarchique et à la révolution citoyenne. Les plus connus s’appellent Bouygues, Dassault, Proglio, Gohsn, Jouyet, Pujadas, Gallois, Migaud, Joffrin, Hees, Pépy, Giesbert, Minc ou encore Lauvergeon et Pflimlin. Sans oublier le discret Noyer, inébranlable depuis 9 ans à la tête de la Banque de France. »

Dans son introduction à la tribune du samedi matin, demi-journée où ce point a été débattu, François Delapierre prenait la défense de cet amendement. Son propos, en substance était le suivant. Lutter contre cette construction idéologique d’un capitalisme désincarné et contre lequel, par conséquent, on ne pourrait rien faire. Donner des noms, c’est en somme contredire la vieille théorie de la « main invisible » chère à Adam Smith. En aucun cas il ne s’agit de « personnalités à faire tomber », comme le prétend le Figaro. De plus, la liste présentée a pour but de souligner la connivence entre pouvoir économique, pouvoir politique et pouvoir médiatique, ce n’est pas en soit une liste noire, et certainement pas une liste exhaustive.

L’amendement cité ci-dessus a été rejeté par les congressistes. Certains trouvaient peu judicieux l’idée de « faire des listes ». D’autres, comme moi, y étaient favorables, mais trouvaient le paragraphe mal rédigé ou la liste pas assez pertinente. Sophie de Ravinel peut être rassurée, son patron, présent dans la liste, dormira quelques temps encore sur ses deux oreilles.

Bonus nécessaire : Pierre Desproges – La minute nécessaire de Monsieur Cyclopède : Apprenons à reconnaître un communiste.

Bonus musical : Ghinzu – Cold Love

Tagué , , , , , , , , ,

Nous sommes complètement fous.

Je ne l’ai pas dit il y a six mois, et je ne l’ai pas dit dans l’obscurité éthylique d’un PMU de quartier. Je l’ai dit, ou plus précisément écrit hier, sur ce blog. Et tout le monde a applaudi, parce que j’avais tellement raison, que c’était une telle évidence :

« nous sommes un outil au service des travailleurs, pas l’inverse. »

Et de passer de la théorie à la pratique, de la parole aux actes. On m’en donne l’occasion en début d’après-midi, sur Facebook :

statut

Moins d’une heure plus tard, le temps de lacer mes chaussures, de remettre un peu d’essence dans la voiture et de subir les bouchons de la porte d’Orléans, je rejoins mon camarade en exil. Les PSA sont une cinquantaine à l’intérieur, ils sont venus négocier la désignation d’un médiateur dédié à leur lutte. Oui, dans la France de François Hollande, les travailleurs doivent négocier pour obtenir un interlocuteur de négociations.

Dans le froid de ce lieu sans âme de Paris, nous sommes deux à attendre à l’extérieur pour témoigner notre soutien à nos frères de l’industrie automobile. On tend l’oreille. Il semble que les débats à l’intérieur sont houleux. Arborant badges du PG, du Front de Gauche et de la CGT, on échange avec légèreté avec les CRS qui semblent se demander ce qu’ils foutent là.

Une mobilisation de grande ampleur...

Une mobilisation de grande ampleur…

Le temps se fait long, et on se sent bien seuls, tous les deux. Les minutes passent, et les rangs des forces de l’ordre grossissent à vue d’œil. Mon binôme et moi sommes un peu jaloux, on ne peut pas en dire autant.

La délégation des PSA est enfin ressortie. Leur détermination ne semble avoir d’égale que la vacuité politique d’une trop grande part des miens. Dans ce monde fait de slogans, certains parmi nous prennent les mots d’ordre pour des logos, des hochets pour instrumentaliser les luttes de ceux pour qui tout cela est une question de survie, pas de vanité égocentrique.

On prête à Mirabeau cette phrase sur Robespierre : « Il est complètement fou : il croit à tout ce qu’il dit. » Peut-être que l’Ibère et moi sommes complètement fous. Aujourd’hui, le front des luttes, c’était lui et moi. Nous vous avons laissé ergoter sur vos stratégies électorales. Deux personnes. Peut-être sommes nous complètement fous.

Bonus militant : ce qui s’est passé à l’intérieur :

Bonus musical : Noir Désir – Si rien ne bouge

Tagué , , , ,

Des luttes, et des séminaires ouvriers pour lutter

Ceux qui pensent que notre parti a en son sein d’autres « stars médiatiques » que son co-président se trompent et montrent par leur aveuglement une coupure avec les réalités quotidiennes de la classe ouvrière. Ce n’est pas seulement inquiétant, c’est inacceptable. Si je me permets de formuler ces remarques de manière aussi peu diplomate, c’est que je sais combien ce piège nous guette tous. Mes récents billets ont souvent traité de cuisine interne au PG ou des thèmes de politique générale. Je pourrais finir par croire que c’est cela, militer, et comme tant d’autres oublier le terrain, l’action concrète. Je ne suis pas meilleur qu’un autre si on ne se charge pas de me rappeler à l’ordre.

Pour autant, on ne se refait pas, et mon militantisme se construit aujourd’hui encore beaucoup par la lecture. Ceux qui aiment lire connaissent cette tendance compulsive à acquérir cinq livres dès qu’ils franchissent la porte d’une librairie. Sur les cinq, un peut-être sera lu, avec de la chance. Alors, à Bordeaux, j’ai décidé de n’acheter qu’un seul livre. Pas au hasard, soigneusement choisi : celui coordonné – davantage que co-écrit – par mes camarades Hélène Le Cacheux et François Longérinas : « Avec les Fralib, de la résistance à l’alternative » et sous-titré « Les luttes s’alimentent des luttes ».

François Longérinas (au micro) et Hélène Le Cacheux au séminaire ouvrier.

François Longérinas (au micro) et Hélène Le Cacheux au séminaire ouvrier « Fralib »

Bien sûr, il y a quelque chose de personnel dans ce choix, car j’ai la joie de compter Hélène parmi mes amis, parce qu’elle m’a présenté aux ouvriers en lutte de Gémenos, parce qu’ils m’ont fait visiter leur usine. Pas de stars disais-je plus haut, car mes « stars » à moi, ce sont eux. Et je n’exagère rien quand j’affirme qu’une accolade sincère d’un des Fralib me donne plus de joie, m’intimide davantage qu’une poignée de main d’un dirigeant de partie, quelle que soit la sympathie que je puisse avoir à son égard.

Les Fralib sont devenus avec le temps la piqûre de rappel qui m’évite l’égarement politique. Quand je pense à ces hommes et ces femmes à l’histoire exemplaire, je me souviens que faire de la politique, c’est un engagement entier. Celui qui ne fait qu’écrire sans agir est un révolutionnaire de salon. Celui qui agit sans jamais réfléchir achète la corde qui le pend. Fralib, c’est le courage de l’action mêlé à la patience de la réflexion qui leur a permis d’aboutir à un projet industriel viable dès qu’ils auront remporté la bataille finale (sur le plan juridique notamment) contre Unilever, cette multinationale qui illustre aujourd’hui si bien ce que l’on entend par l’expression « haine de classe ».

Les fralibs rassemblés devant le tribunal de Nanterre.

Les fralibs rassemblés devant le tribunal de Nanterre.

Ce petit livre d’à peine cent pages n’est pas le récit du combat renouvelé de David face à Goliath, c’est encore moins un concentré de doxa politique à appliquer en toute situation sans jamais déplacer de virgule. Non, ce n’est rien de tout cela, c’est avant tout l’illustration de ce que peut-être un projet concret d’éducation populaire.

Mes camarades du Parti de Gauche n’auraient probablement pas pu organiser ce premier séminaire ouvrier s’ils avaient eu par ce biais l’intention d’expliquer aux ouvriers de Fralib quels étaient les enjeux de leur lutte et comment l’organiser. Après plus de deux ans de conflits, ils n’avaient attendu personne. C’est ce que doit comprendre tout militant politique, et cela ne va pas sans dire, tant ils sont nombreux, les militants sincères sombrant dans une forme de cynisme : nous sommes un outil au service des travailleurs, pas l’inverse. Les Fralib n’appartiennent pas au PG, pas au Front de Gauche ni à aucune autre organisation politique. Nous, au contraire, appartenons aux Fralib dans le sens où notre rôle est de les aider, dans la mesure de nos moyens (pratiques, idéologiques…), dans la lutte à mort qu’ils ont engagé contre le capitalisme mondialisé.

Le séminaire ouvrier qui s’est tenu sur le site même de l’usine de production du thé Éléphant le 8 décembre 2012, c’est enfin, je crois l’ébauche concrète de ce Front des Luttes plus que jamais nécessaire à l’émancipation de tous les travailleurs. Par la diversité de ce qui y ont pris part : ouvriers, syndicalistes, étudiants, militants politiques etc., il a notamment contribué à combattre l’idéologie du « tous pourris » qui colle trop souvent aux militants syndicaux et politiques, idéologie si chère à l’extrême-droite. Par son succès, ce séminaire est enfin le mot d’ordre lancé à toute la classe ouvrière, bien au delà du seul site de Gémenos. C’est un appel fait aux ouvriers à s’organiser de manière solidaire, à prendre en main l’avenir de leur emploi, et donc leur propre avenir.

A la grande manifestation contre le TSCG, le 30 septembre dernier.

A la grande manifestation contre le TSCG, le 30 septembre dernier.

Les Fralib ne s’y sont pas trompés, qui sont toujours là pour témoigner de leur engagement aux côtés des autres travailleurs en lutte, de la Fête de l’Humanité aux rassemblements de soutien aux ouvriers de PSA, des manifestations contre le TSCG au salon de l’agriculture, en passant pas les « Pilpa » de Carcassonne. Tiens, je me suis laissé dire que ces derniers avaient demandé des conseils pour organiser leur propre séminaire ouvrier.

Tremble, Capital ! La classe ouvrière se donne les armes de l’éveil à la conscience de classe, elle devient solidaire et répond petit à petit à l’appel de Karl Marx : « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous. » Et gare à toi quand elle aura pris la mesure de sa force !

Bonus musical : HK et les Saltimbanks – Toute mon vie

Tagué , , , , , , , , ,

Du rock et du rouge (de Bordeaux)

Il est rigolo le taulier du Cri du peuple, à me demander d’écrire un billet sur mes attentes concernant le congrès du Parti de Gauche, dans dix jours, à Bordeaux. Il est rigolo parce qu’écrire après lui sur le même thème, il sait combien ça me fait complexer. Il l’est encore plus de me demander ça au moment même où il écrit qu’il n’est pas l’avenir de ce parti. Ironie vicieuse de sa part, lui qui sait que la seule pression que j’aime, je la pose devant moi sur un comptoir. Il est rigolo enfin parce qu’il m’oblige ainsi à lui répondre.

Nous sommes un parti politique, pas un club de bridge, même si certains parmi nous semblent ne pas comprendre la différence. Nous sommes encore moins un club de tennis avec ses « poussins », ses « cadets », ses « seniors » et ses « vétérans ». Je l’ai écrit récemment, ce projet que nous portons nous dépasse, et dépasse nos âges et nos parcours personnels. Nathanaël peut bien faire une liste (non exhaustive, je l’espère) de gens qu’il estime politiquement en notre sein, ça ne me fait ni chaud, ni froid. Pour ma part, je sais quelle estime je porte à chacun de mes camarades, quelle défiance m’habite vis-à-vis d’autres, et combien j’ai à cœur de me limiter sur ce point au champ politique. Peu m’importe les personnes, tant qu’elles font vivre notre parti en lui permettant de porter une cohérence politique. Pas question, en ce qui me concerne, de me prêter au jeu des revanchards dont les objectifs politiques se mesurent à l’aune de leurs ambitions de pouvoir personnel ou de leurs histoires de fesses.

Les noms ne m’intéressent pas, et je tentais l’autre jour de l’expliquer à un camarade un peu benêt d’une autre organisation. Communiste je suis, mais peu m’importent les marteaux et les faucilles, peu m’importent le nom des personnes, et le nom des partis. Je l’ai affirmé ailleurs : je pourrais adhérer à un parti portant le nom d’Union pour un Mouvement Populaire, si celui-ci avait pour objectif une société sans État et sans classes.

Le message est clair et n'a pas une ride.

Le message est clair et n’a pas une ride.

Il se trouve que l’organisation qui se rapproche aujourd’hui le plus de ce projet a pour nom Front de Gauche. Mon adhésion au Parti de Gauche n’a de sens que dans la perspective de la construction et de la pérennisation du Front de Gauche. Autrement dit, je suis au Front de Gauche bien avant d’être au Parti de Gauche, et si je crois être loyal, que l’on sache bien que ma seule loyauté indéfectible est idéologique, et que la source en est synthétisée dans Le manifeste du Parti Communiste de Marx et Engels. Tant pis si ça en choque certains, tant pis si on me voit en gauchiste, je fais mienne cette phrase de Lénine : « Seule la vérité est révolutionnaire. »

À titre personnel, mon apport sera clair : il sera celui pour lequel j’ai été mandaté. Notre comité a proposé un certain nombre d’amendements à la plate-forme d’orientation proposée, certains ont été rejetés, d’autres intégrés au texte. Ma tâche consistera à défendre ceux soumis au débat. J’aurai d’autant moins de mal à accomplir celle-ci avec honnêteté que je suis en phase avec la ligne défendue par mon comité. J’en ai déjà parlé, nous avons fait à Montreuil le pari de l’intelligence collective, le pari de construire notre parti ensemble et pas les uns contre les autres. Nous ne sommes ni un parti de renoncements, ni un parti de permanents, et c’est jusqu’à présent notre force.

Pas besoin de guerre des chefs : les voilà mes chefs !

Pas besoin de guerre des chefs : les voilà mes chefs !

Un congrès, c’est le point culminant d’une période politique déterminée, et j’œuvrerai dans la limite de mes moyens à faire vivre cette cohérence, cette cohésion et cette audace idéologique qui m’ont fait adhérer au Parti de Gauche plutôt qu’à un autre parti. Mais trêve de nombrilisme, le congrès d’un parti de 12,000 membres est un micro-événement, et je suis gentil. Les véritables enjeux sont ailleurs que dans ce microcosme si souvent parisien. Et l’enthousiasme que nous choisissons de placer dans notre congrès sera vain si nous nous montrons incapables de proposer un projet politique en mesure de contribuer à l’émancipation de la classe ouvrière. J’ai confiance en mes camarades pour faire la part des choses et ne pas se laisser détourner de ce qui doit être notre unique but. Le reste n’est que vanité déplacée.

Bonus musical : Aerosmith – Dream On

Tagué , , , , , , , , ,