Archives de Tag: PS

Les partis brûlent-ils ?

Pour mes camarades du PG qui gardent la tête froide.

Suite des réflexions entamées dans le précédent billet.

Petite précision à l’attention de ceux qui ne lisent que ce qui les arrange : je suis fermement favorable à la constitution de listes Front de Gauche aux municipales partout où cela est possible, comme je l’ai voté en mars dernier au congrès du Parti de Gauche. Cela inclut évidemment la ville de Paris.

Cela étant posé, je reviens sur le climat délétère qui gangrène actuellement les relations au sein du Front de Gauche et à l’intérieur du Parti de Gauche. Les responsables sont comme toujours à chercher dans la minorité. La minorité des dirigeants communistes parisiens, d’abord, qui propose à ses militants de se prononcer en faveur d’une liste commune avec la candidate solférienienne Anne Hidalgo dès le premier tour. Un tel choix serait, j’en suis convaincu, une grave erreur d’appréciation de la situation politique actuelle. Mais je l’ai déjà dit : c’est mépriser nos camarades parisiens que de partir du principe que ceux-ci feront le même choix que leurs dirigeants. Personnellement, j’espère qu’ils les contrediront, mais je n’ai pas d’information sur ce point, alors j’évite les plans sur la comète (contrairement à cette rumeur qui a circulé sur les réseaux sociaux, je n’ai jamais parié un restaurant avec Nathanaël que le PCF parisien s’allierait au PS dès le premier tour).

Plus grave que le mépris à l’égard de nos camarades communistes parisiens, le mépris que certains, notamment au PG, affichent à l’égard des autres camarades communistes. Ils semblent ne pas remarquer qu’à Marseille (qui est une petite bourgade sans importance, comme chacun sait), Aix, Montreuil et tant d’autres, le PCF a opté pour des listes autonomes sous l’étiquette Front de Gauche. Ce mépris là touche aussi les militants PG hors de Paris, qui se préparent à des situations bien délicates, quand ils devront travailler avec le PCF local tout en gérant la haine déversée par leur direction parisienne.

N'oublions pas ce qui nous rassemble.

N’oublions pas ce qui nous rassemble.

Une alliance PS-PCF à Paris serait à coup sûr un sale coup pour le Front de Gauche, je n’en disconviens pas, mais ce qui se joue ces jours-ci m’inquiète bien davantage pour l’avenir de celui-ci. Avec tout le respect que je dois à mon camarade Alexis Corbière, d’où lui vient cette certitude qu’un tel événement mettrait KO le Front de Gauche pour six mois au moins ? La vie politique française, ça n’est pas Paris, et ce genre de prophéties relève davantage de Paco Rabanne que de Karl Marx. Avec tout le respect que je dois à Jean-Luc Mélenchon, depuis quand ce discours qui consiste à mettre un partenaire au pied du mur à coup de déclarations du type « Personne n’est obligé d’être membre du Front de Gauche » ? Tout cela me rappelle tristement le slogan de Reagan « Love it or leave it ! »

Notre incapacité à bâtir une alternative à gauche depuis l’élection de François Hollande est décourageante, mais ce n’est certainement pas en cessant de faire de la politique qu’on avancera. Et ces derniers jours, la ligne du PG n’a rien de politique, et n’a aucun lien avec le « parti creuset » qu’il prétendait être quand j’y ai adhéré en septembre 2012. Elle se résume aujourd’hui en deux axes : premièrement, celui qui ne déverse pas sa haine sur Pierre Laurent et les communistes parisiens est un traître à la solde du gouvernement, deuxièmement, qui s’exprime contre le premier axe n’a pas sa place au PG et doit le quitter. Cela n’a rien de politique, c’est du chantage, et on en voit les effets. Ma décision de ne pas renouveler mon adhésion au PG serait anecdotique, si seulement je n’apprenais pas chaque jour le départ de tel ou tel camarade.

Quand j’ai rejoint le PG, le maître mot était « l’éducation populaire », ce travail qui avait conduit Mélenchon à un score historique à la présidentielle. Contrairement à ce que croient certains idolâtres, ce résultat n’est pas le fruit du seul charisme de tribun du candidat, mais bien le travail acharné des militants de l’ensemble des organisations du Front de Gauche, appliquées alors à défendre le projet de « L’humain d’abord » qui nous rassemblait alors, et, j’ose l’espérer, nous rassemble toujours. Seule cette stratégie pourra convaincre que le Front de Gauche est la véritable alternative aux angoisses de la classe ouvrière, pas le Front National. C’est en luttant aux côtés des travailleurs au quotidien, en expliquant à tous et sans relâche notre projet politique que nous gagnerons. Certainement pas avec ces querelles de riches, ces querelles d’apparatchiks qui ne donnent de nous que l’image de petits tyrans staliniens en puissance.

Bonus musical : Eiffel – Libre

Tagué , , , , , , , , , , ,

Le PS aux frontières du réel.

Cahuzac est-il le plus sérieux problème de parti soi-disant socialiste ? Il y a de quoi en douter. Bien entendu, pas question pour moi de minimiser ce qu’il convient d’appeler « l’affaire Cahuzac », mais ce n’est jamais qu’un fait-divers. Surtout, j’ai déjà exprimé en quoi ce genre de scandales me semble illustrer un système tout entier, c’est à dire que sa portée dépasse de loin le seul cadre du parti installé à deux pas du musée d’Orsay. Avec un peu d’astuce, ceux qui ne sont pas à un retournement de veste près pourraient même en tirer profit. On donne le porte-voix à la soi-disant aile gauche du cartel, qui en s’offusquant publiquement remplit la mission de rendre une image de probité à l’ensemble. Cahuzac n’est pas complètement paranoïaque quand il affirme que l’on s’acharne sur lui : le PS et le système capitaliste ont trouvé l’homme à lyncher, le goudron et les plumes arrivent. Surtout, c’est l’opportunité d’une formidable diversion : la faute d’un seul homme devient la faute d’un homme seul, et revêt nécessairement la forme d’une faute morale.

Il s’agit donc de « moraliser la vie politique ». Ici, la question n’est pas tant de déterminer si celle-ci est devenue « immorale », mais de ne surtout pas la présenter comme « amorale ». La distinction n’a rien de négligeable. Les questions de morale relèvent de la sphère privée : si j’attends d’un représentant de la nation une probité sans faille, c’est à dire tout simplement le respect de la loi, le terme de « morale » m’est étranger sur le plan politique. Prenons un exemple pas si ancien. Quand Nicolas le Petit fête sa victoire de 2007 au Fouquet’s, ce n’est pas l’indécence de l’étalage de la richesse qui me choque : qu’un homme qui a de l’argent aime le dépenser, rien de blâmable. Ce qui me fait réagir, c’est que nous vivions dans un système où les uns peuvent dépenser plusieurs milliers d’euros pour un repas de fête quand d’autres crèvent de faim. Ce constat là n’est pas moral : il est politique. Le problème du Fouquet’s, du yacht de Bolloré ou des bijoux de Rachida Dati, c’est que leur fonction symbolique est d’abord de rappeler que pour qu’il y ait des riches, il faut qu’il y ait des pauvres, et réciproquement. Vouloir « moraliser » la politique, c’est avant tout la nier.

Voilà un tweet qui résume tout !

Voilà un tweet qui résume tout !

Ce tour de passe-passe idéologique, le PS en a un besoin vital, car il a cessé d’être un parti politique, pour n’être plus que la courroie de transmission d’un système économique. Autrefois parti de la classe ouvrière pour ensuite s’en désintéresser et devenir le parti des « CSP + », autrement dit le prolétariat instruit, celui des cadres et des professions libérales, l’officine de la rue de Solférino est désormais l’alliée délibérée du Capital. Gauche caviar ou cassoulet, devenue gauche de renoncement, la première année du quinquennat Hollande-Ayrault marque le passage à une gauche capitaliste, autrement dit : la droite, les ennemis de classe. La morale en politique, c’est ce qui permet de se retrouver sur des thématiques consensuelles : la guerre c’est mal, la famine c’est triste, etc. Moraliser, c’est un hochet, un trompe l’œil à usage récréatif, une diversion à l’attention de la populace !

C’est donc dans ces conditions que les ouvriers de PSA, qui s’invitent ici et depuis quelques temps, ont mis samedi le cap sur le Parc de la Villette, à l’occasion du conseil national du parti sournois. Alors qu’au Parti de Gauche, nous nous adressons à la classe ouvrière, alors qu’au Front de Gauche nous avons vocation à renouer avec la notion de « grand parti des travailleurs », ceux-ci ne sont pas les bienvenus chez nos « camarades » de ce gouvernement faussaire. En témoigne l’évacuation en urgence du premier steward. Le Parti Socialiste n’est plus, il dérive à tribord depuis si longtemps qu’aujourd’hui ses dirigeants ont peur des ouvriers, comme de bons bourgeois tout droit sortis d’un roman d’Émile Zola. On comprend mieux pourquoi ils ne cessent de fustiger notre soi-disant « populisme ». Ils ont depuis trop longtemps perdu de vue ce qu’est le peuple, et ils en ont désormais peur.

Une ultime enquête pour l'agent Mulder

Une ultime enquête pour l’agent Mulder

Je continue de penser qu’il reste des militants un peu de gauche au PS, et qu’il y a des électeurs qui pensent vraiment voter à gauche lorsqu’ils choisissent cette formation, mais le récit par le Journal du Dimanche de l’irruption de travailleurs en colère est édifiant. Que penser quand Benoît Hamon, d’après ce récit, évoque « l’irruption du réel dans les débats » ? Mais ! Les mecs ! Vous vous rendez compte que vous déclarez publiquement que faute de tambours et trompettes, vous êtes concrètement passés à la sodomie de drosophiles ? Si vous prétendez être les champions de la Realpolitik, mais que vous êtes traumatisés par l’intervention de la réalité dès qu’elle prend la forme du sang, de la sueur et des cris ouvriers, alors quel genre d’homme êtes-vous devenus ? La pseudo aile gauche de votre formation peut bien gesticuler, faire mine de taper du poing sur la table ou pleurnicher, cette phrase à elle seule prouve que le Parti Socialiste est un corps mort. Et comme tous les corps morts laissés à l’air libre, il dégage une odeur bien peu ragoutante.

Merci à Oskar Kermann Cyrus pour son aide précieuse…

Bonus musical : Didier Super – Marre des pauvres

Tagué , , , , , , , , , , , , ,

Margaret Thatcher, François Villon ou Pablo Picasso

Un de mes hobbies de glandeur internet, c’est de consulter la page Wikipedia du jour, et d’y regarder quels illustres personnages sont nés où morts ce jour là. Le 8 avril 1994, c’est le jour où on a trouvé le corps sans vie de Kurt Cobain, le chanteur de Nirvana. Mais d’après l’autopsie, il serait mort le 3 ou le 4. Ça ne compte pas.

Margaret Thatcher est donc morte un 8 avril. Je me suis toujours promis de rincer les copains à coup de champagne le jour de sa mort. Thatcher, c’est à mes yeux un des plus forts symboles de la guerre de classe. Il y a quelque chose de fascinant chez la « dame de fer ». Chaque fois que j’ai entendu ce cliché selon lequel les femmes apporteraient de la douceur en politique, je pense à elle, et je ris un peu jaune. Thatcher, ce n’est pas seulement cette figure de l’idéologie « TINA » (There Is No Alternative) avec d’autres figures bien sexy comme Ronald Reagan. Thatcher, c’est aussi l’image d’une bourgeoisie sauvage, revancharde, celle qui refuse à la classe ouvrière jusqu’au droit de se plaindre de sa condition.

Pablo Picasso - La Célestine (1903)

Pablo Picasso – La Célestine (1903)

Derrière l’illusion de la démocratie et de l’humour anglais, Thatcher, c’est le retour de l’esprit impérialiste, qu’il s’agisse de faire la guerre à l’Argentine ou de laisser crever Bobby Sands comme un chien. C’est l’exécution économique à tous les étages et sans négociations. Pour moi qui suis originaire d’une région minière, Thatcher représente ce qu’il y a de plus infâme. Parce que de manière toute irrationnelle, moi qui ne connais les mines que par les livres et les récits des vieux, je me sens solidaire des mineurs, qu’ils soient de Courrières, des Asturies ou d’Angleterre. Peut-être plus encore pour ces derniers, dont la lutte contre l’immonde Thatcher correspond à mon année de naissance. Thatcher, l’amie des dictateurs, est désormais froide. Comme son complice Pinochet, elle est morte sans jugement, sans jamais avoir été déclarée coupable de ses crimes contre la classe ouvrière.

Qu’on naisse ou qu’on meure, la date est toujours un hasard. Le 8 avril, on commémore la naissance de François Villon, de Jacques Brel, la mort de Pablo Picasso. Pas besoin de chercher longtemps pour trouver des hommes et des femmes de plus grande valeur que cette abjection qui porta le nom de Margaret Thatcher. Malheureusement, à voir l’austérité gangréner l’Europe, à voir en France le PS abandonner ce qui lui restait de gauche en votant l’ANI du MEDEF, on est en droit de craindre que Miss Maggie est bien vivante.

Bonus Nécrologie : Le 10 avril, nous célébrions le 94ème anniversaire de la mort du révolutionnaire Mexicain Emiliano Zapata. Aujourd’hui, nous célébrons le 36ème anniversaire du décès du poète Français Jacques Prévert.

Bonus Musical : Serge Reggiani (d’après un poème de François Villon) : La ballade des pendus.

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

La république n’est pas compatible avec le capitalisme

Y a-t-il vraiment une « affaire Cahuzac », comme il y a eu une « affaire Woerth » ? Ce simple mot, « affaire », enferme tout ce qu’il y a de moisi dans le fonctionnement de la Vème République. Dans le langage convenu des médias et des professionnels de la politique, on n’entend plus guère l’expression « être au pouvoir », le mot « pouvoir » est sale, connoté, le pouvoir c’est nécessairement le pouvoir sur l’autre, une illégitimité quasi-ontologique. Toujours donner l’illusion de ce qui est lisse, l’égalité proclamée par la novlangue. Non, la pensée dominante préfère l’expression « être aux affaires ».

Les affaires de l’État ? Rien n’est moins sûr. Du temps de Chirac, les « affaires » désignent un ensemble de magouilles dans lesquels tant de personnages publics ont trempé. Rien de grave, on pratique l’amnésie à grande échelle, le public oublie. C’est ainsi qu’on peut être mêlé jusqu’au cou dans une affaire sordide de sang contaminé par le virus du sida au milieu des années 80, il suffit d’être patient, on se relève de tout et on finit ministre des affaires étrangères.

Les affaires, c’est les affaires. Les affaires tout court. En Vème République, tout est dans tout, et réciproquement (sic). On dirige un cabinet ministériel, le temps de faire quelques relations, d’épaissir un carnet d’adresses bien utile une fois de retour dans le privé. C’est le système qui le veut, il s’est construit dans une logique de vases communicantes. On naît du bon côté de la barrière de classe, on fait des études de droit, de sciences politiques, on passe par l’ENA, par HEC, Polytechnique… On finit par proclamer élite ce qui n’est que consanguinité toute capétienne. L’un deviendra une figure importante d’un cartel de patrons, son tout petit frère sera président de la république. Pas de complot, juste des logiques cohérentes de préservation de classe.

cover-austerite9avril

Woerth, Cahuzac, d’accord. Voilà les petits derniers d’une liste déjà longue de ceux qui se servent du système pour camoufler leurs magouilles. Avant eux il y a eu Dumas, Tapie, Tibéri, j’en passe et de bien meilleurs. Ces gens-là ne manipulent pas le système, ils sont le système. La liste est longue et s’allongera encore, car elle exprime l’essence de ce qu’est le capitalisme : la recherche du profit maximal par tous les moyens. On peut décider de « moraliser la vie politique », créer pour cela une commission, mettre à sa tête un ancien premier ministre et sans la moindre once de second degré y inclure une ex-ministre VRP en pharmacie. Cela conduira à un changement des règles du jeu, peut-être, mais le jeu continue.

Après Cahuzac, qui viendra ? Peu importe au fond, qu’il soit issu du PS. UMP et FN ont fait leurs preuves dans l’escroquerie. Soyons honnête jusqu’au bout. Remplacez Cahuzac par mon voisin du dessus ou mon boucher, rien ne changera, personne n’est pur. Il n’est pas tellement question de personnes physiques, le véritable problème est que la corruption, la fraude et autres travers vénaux sont consubstantiels au capitalisme.

Vite, la révolution !

Vite, la révolution !

Depuis que la monarchie a cessé d’être sérieusement envisagée en France comme alternative politique, la République s’est peu à peu éloignée de ses buts premiers. Alors qu’elle devrait être perçue comme le choix d’un système politique, elle est reléguée au rôle de fonctionnement institutionnel du capitalisme. Sous la Vème république, les élus du Front de Gauche ne pourront jamais guère faire mieux que contribuer à limiter la casse sociale, notamment au plan local. Mais même quand nous serons majoritaires au niveau national, cette fausse république au service de l’oligarchie nous enchaînera. On ne pourra pas mener une véritable politique de gauche dans son cadre.

L’appel que nous avions lancé lors de la dernière campagne présidentielle n’était pas un hochet, un produit marketing de campagne. C’est une nécessité, la condition sine qua non de notre réussite. La Vème République, c’est la confiscation de la souveraineté populaire au profit de l’oligarchie, c’est une république en trompe l’œil.

main

Cet appel, nous le renouvelons aujourd’hui. Nous voulons la VIème République car nous voulons rendre le pouvoir à son seul propriétaire légitime : le peuple. Nous voulons la VIème République car nous voulons la République.

EDIT : Pour aller plus loin sur le sujet : Pour la VIème République : Et que vive la Sociale

Images : Naz Oke

Bonus musical : Midnight Oil (encore) – Redneck Wonderland

Tagué , , , , , , , ,

L’arbre qui cachait une forêt (brune)

Au départ, donc, il y a un scandale politico-financier devenu trop banal. Comme son prédécesseur du précédent quinquennat, Monsieur Éric Woerth, Jérôme Cahuzac est démasqué. Les deux sont réputés pour leur expertise en termes de finances, une expertise telle qu’on finit par les prendre la main dans le sac. Pour le petit prolétaire que je suis, les sommes sont vertigineuses, pas pour nos protagonistes. Eux qui tutoient la bourgeoisie, la vraie, celle qui prend bien soin de ne pas faire parler d’elle, ça devait ressembler à des pourboires. Plus sérieusement, il y a de quoi s’interroger. Il me semble avoir retenu de la théorie monétaire de Marx la notion de « fétichisme de l’argent ». Être ministre « en charge des sous » dans un tel système, n’est-ce pas nécessairement installer un loup dans une bergerie ? Autrement dit, peut-on être un ministre de l’économie compétent sans être vénal, avec les conséquences que l’on voit quand cette logique est éprouvée jusque dans ses derniers retranchements. Je pose des questions, chacun proposera ses réponses.

Au moment de l’affaire Woerth, le président Sarkozy, jamais avare de voler au secours des escrocs et des dictateurs, avait décrit Mediapart en ces termes : « une officine au service de la gauche ». Aujourd’hui, Sarkozy aussi est mis en examen. Dont acte. Mais si Mediapart a ouvert le feu en premier, avec un dossier manifestement solide, n’en déplaise à certains, ce n’est pas une officine au service de la gauche qui sort le dossier explosif du jour. C’est un célèbre quotidien vespéral – dont on sait qu’il ne peut être soupçonné de sympathies pour le Front de Gauche – qui braque les projecteurs sur l’extrême droite.

220px-Le_GUD_manifestant_le_13_mai_2012

Alors que l’instruction du dossier Cahuzac démarre à peine sur le plan judiciaire, la pièce qui se joue sous nos yeux – ébahis, il faut bien le reconnaître – voit naître des personnages ô combien chatoyants. Ainsi, on apprend que le compte UBS de l’ex-ministre a été ouvert par un tiers, le dénommé Philippe Péninque. Dans le langage médiatique policé, l’attribut consacré est « sulfureux ». Dans le mien, on peut choisir entre crapule, ordure, résidu de tourista ou encore le très à la mode salopard. Son CV parle pour lui, voyez plutôt :

« Philippe Péninque, 60 ans, n’est pas un inconnu pour ceux qui suivent les affaires de l’extrême droite. Cet ex-membre du GUD, un syndicat étudiant d’extrême droite radicale, connu pour sa violence, est aussi ancien membre fondateur d’Egalité et réconciliation. Il fait aujourd’hui partie des conseillers officieux de Marine Le Pen. En 2007, il avait réalisé l’audit du Front national. »

Ce bien triste sire est par ailleurs associé à un autre personnage peu ragoutant, Jean-Pierre Eymié, dont on apprend que ses petits camarades gudards l’ont affublé du doux surnom de « Johnny le boxeur ». Tout un programme, d’autant plus alléchant que ces deux là forment avec l’homme qui n’a jamais cru à la lutte des classes une bande suffisamment intime pour pratiquer ensemble le golf et les week-ends à la mer. Je sais bien qu’on n’est pas responsable des méfaits de nos amis, mais tout de même, dis-moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es. Là on est quand même sur de la crevure de première classe. Il y a de quoi s’interroger.

À ce stade, deux points me paraissent importants à prendre en compte. Je veux bien accorder à chacun le bénéfice du doute sur sa connaissance des activités frauduleuses d’un membre du gouvernement, encore que cela soulève bien des interrogations. L’évasion fiscale est un passe-temps qui gagne à être pratiqué avec discrétion. Néanmoins, on ne devient pas ministre du jour au lendemain, Monsieur Cahuzac n’a pas été désigné à un poste aussi important que le sien à l’issue d’un tirage au sort, parmi d’autres inconnus. S’il a été choisi, c’est parce que messieurs Hollande et Ayrault connaissaient sa position idéologique. Ils ont donc sciemment donné leur confiance à un homme qui, bien qu’issu de leurs rangs, n’est manifestement pas un homme de gauche. Pouvaient-ils ignorer que ses sympathies allaient si volontiers à l’extrême-droite française la plus nauséabonde ? Une fois de plus, je pose la question, et je ne la pose pas qu’au gouvernement, mais à l’ensemble du Parti soi-disant socialiste. Il y a quelques semaines, Harlem Désir, qui s’est empressé d’aboyer avec les loups lorsque Jean-Luc Mélenchon a été flétri par des accusations infâmes, condamnait « fortement les attaques et les calomnies sans fondement à l’encontre de Cahuzac. » En voilà encore un qui n’en rate pas une.

cahuzac-ayrault_scalewidth_630

L’autre élément fort intéressant, c’est le glas du positionnement « anti-système » du Front National. Toute la crédibilité du parti qui sent bon l’OAS et les Croix de Feu repose sur l’idée qu’il représenterait une alternative sérieuse aux ploutocrates, au technocrates, etc. La communication du « tous pourris » est une stratégie efficace, tant l’État capitaliste lui donne régulièrement du grain à moudre. Pour paraître honnête, rien de tel que de dénoncer les travers des autres. On paraît toujours moins sale une fois qu’on a couvert de boue ses adversaires. Bien souvent, ceux-ci n’ont même pas besoin qu’on les aide.

Sauf que cette fois-ci, patatras, cette idéologie rance dévoile sa structure de château de cartes. Et la carte de trop, celle qui fait s’effondrer l’édifice, a été posée par Jérôme Cahuzac. Dans cette affaire, l’extrême droite française montre son vrai visage. Ses membres s’accommodent très bien du système capitaliste dont ils sont les bénéficiaires patentés. Ses leaders pourront bien s’offusquer et démentir, leur opposition est bel et bien une posture, un épouvantail idéologique. Parlez leur de leur porte-monnaie, et les barrières de papier qu’ils ont bâties eux-même se déchireront bien vite. Nous en avons désormais une nouvelle preuve, le fascisme est bien une forme aboutie et nauséabonde du capitalisme. Et cette fois, je ne me pose plus la question, j’affirme.

Bonus musical : Midnight Oil – Beds are burning

Tagué , , , , , , , , , , , , , ,

La « punchline » Gérard Filoche

Ah ! Cahuzac ! On me dit qu’il ne faut pas tirer sur une ambulance ! En même temps, ceux qui me le disent ont de drôles de têtes d’ambulanciers en ce moment. Il ne faut donc pas « s’essuyer les pieds » sur un homme à terre (je cite). Il ne fallait pas non plus sortir le goudron ni les plumes quand il était bien vivant, nous expliquant que nous étions des clowns. Et puisqu’on récapitule, il ne faut pas non plus tirer sur le reste du gouvernement, il faut lui laisser sa chance (de mener à bien la politique initiée lors du précédent quinquennat). Bref, il ne faut rien dire.

Surtout, il ne faut pas taper sur nos camarades du parti soi-disant socialiste. Ce sont nos concurrents (sic), pas nos adversaires, ce n’est pas la droite, c’est le social-libéralisme. Bref, mieux vaut ne rien dire, ne rien faire, et attendre l’hostie. Amen. D’ailleurs, ils sont pas tous pourris au Parti Socialiste. Regardez Gérard Filoche, comme il était ému aux larmes, face à Michel Field sur le plateau de LCI !

Vingt ans de bureau national du parti soi-disant socialiste, tu nous le rappelles à l’envi ! Vingt ans sans être fichu d’obtenir la moindre investiture, vingt ans sans jamais obtenir la moindre majorité au sein de ton « parti sain » (quand tu as dit ces mots, je me suis joint à tes larmes, mais moi je pleurais de rire). Y a-t-il donc encore suffisamment d’hommes naïfs pour croire à tes larmes ? Un peu de sérieux, tu es la « caution de gauche » de ce qui n’est plus depuis longtemps qu’un cartel de partis aux relents moisis de féodalité. Ce serait faire insulte à ton intelligence que de croire que tu ne le sais pas toi-même. Alors va, sèche donc tes larmes de crocodile : comme Depardieu, ton jeu d’acteur poussif a achevé de nous lasser. Ce numéro là ne fait qu’ajouter de la grossièreté à la grossièreté.

Il paraît qu’il ne faut pas tirer sur une ambulance, Gérard, alors j’ai hésité à te dire tout cela. Mais s’agissant de toi, j’ai bien souvent le sentiment étrange de tirer sur un corbillard.

Bonus musical : Jethro Tull – Locomotive Breath

Tagué , , , , , ,

Le jour où je me suis réveillé antisémite (j’ai pas aimé)

Ça s’est passé en début d’année, au travail. Un clash avec un élève, ça arrive de temps à autres, un peu plus souvent dans un bahut de banlieue parisienne – pas spécialement riche – au nord de l’Essonne que dans un établissement tranquille, dans un collège rural – pas spécialement plus riche – quelque part entre Marmande et Mont-de-Marsan. Ça n’a rien de plaisant mais pas question non plus de tomber dans les clichés du prof francilien vivant un enfer. Ce jour là, le ton est monté entre Ahmed (j’ai changé le prénom volontairement pour des raisons évidentes) et moi. Il avait merdé, je me suis fâché trop vite, j’ai pas lâché de lest. Je l’ai poussé dans ses derniers retranchements, ma supériorité intellectuelle (je le dis sans arrogance, j’ai plus du double de son âge) l’a obligé à prendre la posture de la victime, jusqu’à ce que ça tombe : « Vous faites ça parce que vous aimez pas les arabes. »

Mon sang n’a fait qu’un tour, et je le dis en toute franchise, heureusement que la CPE se trouvait à mes côtés pour calmer le jeu. Je l’ai laissé faire, car on était arrivé à ce point où la loi est le dernier rempart contre les réactions violentes. Depuis cet incident, Ahmed continue à me casser les pieds, à intervalles réguliers, mais au fond on s’aime bien lui et moi. À la veille de Noël, il m’a offert des chocolats.

racisme

Comme tout le monde, je n’apprécie pas trop les insultes que je ne mérite pas, même si mon ton provocateur m’y expose plus que de raison. Mais il est un type d’insultes que je ne suis jamais parvenu à tolérer à mon encontre : les accusations de racisme de toutes sortes. J’inscris dans cette catégorie toutes les accusations qui me paraissent corollaires : sexisme, homophobie, antisémitisme etc.

Pas question pour moi de faire une hiérarchie des victimes, mais l’accusation d’antisémitisme, dans la violence de l’insulte, c’est un petit plus d’infamie. Républicain, j’ai toujours été gêné par certaines expressions médiatiques du type « les juifs de France » (que l’on retrouve avec les autres religions, mais surtout avec les juifs, me semble-t-il). On serait donc « juif » avant d’être Français ? Et en tant que Français, les juifs constitueraient donc une catégorie homogène ? Tout cela me paraît hautement improbable. Je ne suis pas expert, mais s’il faut parler des juifs, je dirai que j’en ai rencontré suffisamment pour avoir trouvé parmi eux des types extraordinaires, des crétins, des marrants, des pénibles, des homosexuels et des homophobes, des mecs de droite, des mecs de gauche, des pratiquants, des pro-palestiniens etc. En d’autres termes, j’ai cru y trouver la même proportion de chaque trait de caractère présent chez les non-juifs. Pour cette raison, l’antisémitisme, comme les formes de discrimination évoquées plus haut, est une pensée nauséabonde qui a toujours dépassé mon entendement.

Drôle, mais malheureusement tellement vrai.

Drôle, mais malheureusement tellement vrai.

Au delà de ces considérations générales, il y a cette blessure collective des camps de la mort. Les miens aussi, communistes et autres résistants, y ont péri, bien que dans des proportions moins importantes. Et puis je suis assez vieux pour avoir eu de mes grands-parents le récit aussi vertigineux que sordide des rafles. Ce crime là était contre l’humanité, et quiconque se dit humain en est historiquement victime, par solidarité avec ceux qui n’ont eu à une époque pour unique tort que celui d’être né juif.

Monsieur Quatremer devrait savoir quelle peut être la blessure ressentie lorsque quelqu’un se contente d’insinuer qu’on est antisémite. Quand il flétrit ainsi mon camarade Jean-Luc Mélenchon, je ne sais plus comment interpréter les propos de Claude Askolovitch à son égard et que rapporte mon camarade du Cri du Peuple dans un de ces derniers billets, au prix de bien malsaines menaces de procès en diffamation de la part du gratte-papier de Libération. Quatremer a-t-il été blessé par ce rappel de Nathanaël, ou bien est-ce là un effet de tribune de la part de quelqu’un prêt à disqualifier ses adversaires en les accusant d’infamie ? Dans ce cas, au delà du coup blessant qu’il assène à l’un des nôtres, et donc à nous tous, il exprime son mépris des véritables victimes de l’antisémitisme.

Monsieur Quatremer a présenté des excuses après que Michel Soudais a publié sur Politis l’enregistrement invalidant le tombereau d’ordures qui s’est abattu sur nous ce week-end. Je salue cet acte, qui est propre à grandir celui qui le pratique avec sincérité. La blessure, elle, est intacte, et ma rancune à ce sujet sera tenace.

Cependant, je voudrais, pour conclure, m’adresser à mes « camarades » du parti socialiste. J’appartiens au même parti que Jean-Luc Mélenchon. J’ai conscience que ses prises de parole publiques engagent l’ensemble de notre parti, et m’engagent donc à titre personnel. Si le co-président de mon parti se rendait coupable de quelque infamie, je ne resterais pas les bras ballants. J’attendrais de lui des excuses, faute de quoi j’entrerais dans la logique du « c’est lui ou moi ». Par lucidité, je me dois donc de préciser que ce serait forcément moi qui déchirerait ma carte.

Le Parti Socialiste n’a présenté aucune excuse officielle pour avoir ainsi agrandi la horde des calomniateurs. J’attends les excuses d’Harlem Désir, de Frédérique Espagnac et/ou de David Assouline. D’ici là, sache une chose, camarade du parti socialiste, simple militant ou même « cadre » de bonne foi conscient de la gravité des insultes proférées. Je te tiens pour complice de celles-ci tant que tu n’auras pas présenté des excuses en ton nom. À ta place, je n’hésiterais pas à le faire, ou a minima à soutenir le camarade Mélenchon, comme l’ont fait Julien Dray et Pascal Cherki, adversaires politiques que je combats, mais militants, pour le coup responsables, que je salue.

Bonus historique : Jean-Luc Mélenchon, qui cite si souvent un certain Bronstein (tiens, ça sonne un peu juif comme nom !), est aussi un fervent héritier de Robespierre. À mon tour, l’extrait me paraît venir à point :

« [Les juifs] ne doivent pas être persécutés : ils sont hommes, ils sont nos frères ; et anathème à quiconque parlerait d’intolérance ! Nul ne peut être inquiété pour ses opinions religieuses, vous l’avez reconnu et dès lors vous avez assuré aux Juifs la protection la plus étendue. » (Discours sur le droit de vote des comédiens et des Juifs, 23 décembre 1789 à l’Assemblée Constituante)

Un grand merci à l’ami Stan pour son aide précieuse…

Bonus musical : La Ruda Salska – Unis

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

En terrasse avec Arnaud Montebourg

Quand Arnaud arrive sur la terrasse heureusement couverte du Gévaudan, j’écrase ma cinquième cigarette, mon troisième café refroidissant devant moi. Il est en retard. Je lui fais remarquer avant même qu’il ne s’assoie. Loin de se chercher des excuses, il me rétorque qu’il était en train de fumer un cigare long comme un barreau de chaise avec le député fictif et l’homme à la mèche, et que ce dernier lui a indiqué qu’un homme important ne peut pas se permettre d’être à l’heure à un rendez-vous. Sans doute cherche-t-il à m’indiquer implicitement que l’aile gauche du Parti soi-disant Socialiste, il y croit. Silence, Arnaud s’assoit. L’espace de quelques secondes, l’homme qui ne s’aime pas contemple avec moi la mairie de Montreuil, demeure provisoire – espérons-le – de celle qui n’est pas folle (sic). Je romps la trêve, car mes revenus ne sont pas garantis par des indemnités ministérielles. Mon temps est précieux, et pire, j’ai un travail qui exige de rendre des comptes. Il est temps de démarrer l’interview.

Le Gévaudan, à Montreuil

Le Gévaudan, à Montreuil

Arnaud, ton gouvernement a ratifié le TSCG il y a de ça quelques mois. La première conséquence est la dégradation des services publics. Dernier exemple en date, la paralysie d’une grande partie du pays suite à d’importantes chutes de neige. Tu penses pas que vous avez un peu merdé ?

Oh ! Arrêtons tout de suite avec la neige ! Pour une fois que les vacances tombent en mars, c’était pas gagné d’avoir la neige à Courchevel ! Maintenant que je suis quelqu’un d’important, je suis le seul parisien qui ne peut plus s’isoler à Megève quand il fait froid ! C’est plutôt moi qui suis à plaindre.

Justement, les vacances, il n’y a plus beaucoup de travailleurs qui en prennent. Pour nous, en Seine Saint-Denis, le dossier PSA, c’est quand même quelque chose, je ne t’apprends rien.

Je te vois venir, tu vas m’accuser de tous les maux. Mais j’ai tout fait dans l’affaire PSA. C’est moi qui ait appelé les syndicats à une attitude responsable ! Tout le reste, c’est de la manipulation de la CGT et de l’extrême gauche. Avec le pacte de compétitivité mis en place suite au rapport Gallois, c’est 20 milliards de cadeaux supplémentaires aux entreprises. Grâce à moi, elles ont toutes les cartes en mains pour investir et relancer l’économie !

Tu penses vraiment qu’il s’agit là de choix politiques de gauche ? D’un côté des travailleurs dont on criminalise chaque revendication, et de l’autre un patronat toujours plus revanchard à qui l’on fait toujours plus de cadeaux.

Il faut véritablement se débarrasser de cette vision de classes. Nous sommes tous dans le même bateau. Moi, par exemple, je n’ai pas pu partir en vacances sous prétexte que je suis au gouvernement. Pourtant, je ne suis pas le premier à le dire, le politique ne peut pas tout. Ce n’est tout de même pas de ma faute si c’est la crise !

Mais même en admettant que le politique ne peut pas tout, ce qui est déjà discutable, pourquoi toujours prendre le parti des possédants contre les travailleurs ? Ton gouvernement se rend en masse lécher la main du MEDEF mais envoie les CRS aux ouvriers de Mittal et de Goodyear !

Je le répète, la lutte des classes ça n’existe pas ! Si on s’est précipité chez Parisot, c’est seulement parce qu’on bouffe super bien à chaque fois. Les barbecues de la CGT à base de pneus flambés, très peu pour moi.

Il faudrait arrêter de répéter tout ce que dit Jérôme Cahuzac, Thomas Pizard est déjà intenable !

Mais ce n’est pas seulement Jérôme Cahuzac qui le dit, Fleur le dit aussi. Et puis Fleur, c’est quelque chose, quand même ! Elle s’y connaît en pauvres, elle est de Montreuil. En plus, avec sa tête qui fait peur aux enfants, on peut pas l’accuser d’avoir été recrutée au gouvernement pour son physique !

C’est complètement sexiste ! Tu ne crains pas que de tels propos t’isolent au sein du gouvernement ?

Bof. Je te rappelle qu’on a Najat au ministère des Droits des Femmes. C’est pas comme si au PS, on prenait cette question au sérieux. Elle a quand même osé dire à Sophia que l’ANI était un élément émancipateur pour les femmes. Ça situe le niveau. Et puis on ne peut pas m’accuser de sexisme, j’ai soutenu la dinde du Poitou en 2007. Rien que pour ça, je mérite la légion d’honneur !

À ce propos, c’est plutôt curieux d’avoir milité contre le TCE en 2005 puis pour la candidature de Ségolène Royal en 2007. Ta ligne politique, ce ne serait pas, au fond, de voler au secours de la victoire ?

(Arnaud sourit, un peu gêné d’en avoir trop dit, puis avale d’un trait son café) On va devoir s’arrêter là, je suis invité à dîner chez Alain Minc, je ne veux pas être en retard.

Merci à Sophia grâce à qui j’ai eu l’idée de cette interview fictive.

Bonus musical : Jacques Dutronc L’opportuniste

Tagué , , , , , , , , , , , , , ,

A Bourg-Egalité, la lutte continue !

C’est un exercice curieux auquel j’ai assisté hier soir, alors que se déroulait à Bourg-Égalité – du nom que lui avaient donné ceux de la grande révolution – le meeting de campagne de Pascale Le Néouannic pour la législative partielle de la 13ème circonscription des Hauts de Seine qui inclut aussi les villes de Sceaux, Antony et Châtenay-Malabry. Trop peu le savent, mais l’élection de mai dernier a en effet été invalidée dans cette circonscription historiquement ancrée à droite. La raison ? Monsieur Devedjian a triché. Cette figure notable du sinistre Groupe Union Défense et d’Occident, avocat de métier, avait au printemps dernier choisi pour suppléant Monsieur Siffredi, déjà suppléant de sénateur. On ne peut pas imaginer une seule seconde que l’ami de François Fion ignorait le code électoral, il s’agit donc bien d’une manifestation de cette manière d’être à droite, qui consiste à se croire en permanence au dessus des lois.

À Antony, l’adversaire, j’utiliserai même à titre personnel le terme d’ennemi (de classe) a déjà maintes fois montré son pouvoir de nuisance. Et c’est ce que Pascale rappelle avec talent ce soir, dans une salle de 400 personnes comment le vieil ami de Nicolas Sarkozy organise la spéculation immobilière locale, au profit de ses amis. Patrick Devedjian, c’est le candidat de la bourgeoisie parasite, celle qui stigmatise les plus faibles pour mieux masquer ses propres errances. Et d’ailleurs, ne nous y trompons pas. La politique d’opposition que ce triste sire prétend représenter, c’est le plan « Fion 3 », dont l’application a été interrompue grâce notamment aux 4 millions de voix qui se sont portées sur la candidature de Jean-Luc Mélenchon le 22 avril dernier.

Salle comble à Bourg-la-Reine, pour le meeting de Pascale Le Néouannic

Mais le combat est d’autant plus rude qu’à Antony comme ailleurs, ceux qui défendent des valeurs de progrès et d’humanisme sont méprisés par les laquais au pouvoir, plus prompts à se rendre à l’université d’été du MEDEF qu’à défendre les salariés du groupe pharmaceutique SANOFI. Et Julien Landfried, le chevènementiste au garde à vous, ne propose pas autre chose. Son programme, c’est celui du soutien sans aucune faille au gouvernement actuel. Son programme, c’est le choix de l’austérité à perpétuité, c’est le choix de la politique Merkozy teintée de pseudo-normalité.

Mais comme l’a rappelé Jean-Luc Mélenchon, qui était, avec la maire de Bagneux Marie-Hélène Amiable, venue soutenir Pascale et son suppléant Pierre Ouzoulias, ce n’est pas parce qu’Antony fait partie de ces circonscriptions supposées « perdues d’avance » que nous devons renoncer à nous battre. Faire de la politique, c’est créer un rapport de force, et c’est notre devoir de n’abandonner aucun territoire de la République aux forces du capitalisme.

De gauche à droite : Marie-Hélène Amiable, Pascale Le Néouannic, Jean-Luc Mélenchon et Pierre Ouzoulias

Je ne suis pas électeur dans la 13ème circonscription des Hauts de Seine, donc je ne participerai pas au vote du 9 décembre, alors si toi, tu votes là bas, sois sympa de voter pour toi, pour moi, pour nous et donc pour Pascale Le Néouannic.

Tagué , , , , , , , , , , , ,

Le PS, le fascisme, et les courbes de Gauss

Je ne te surprendrai pas, ami lecteur, dont la seule présence sur cette page souligne à quel point tu es un être sur-évolué, en affirmant que dans une classe, disons, de Terminale, la répartition des notes suit une courbe de Gauss. En gros, une majorité de moyens, un petit peu de faibles et de forts, et très peu de très faibles et de très forts. Ce qui est rigolo avec les courbes de Gauss, c’est que d’une classe à l’autre, les courbes de Gauss sont superposables, ce qui signifie, en gros, qu’un 18/20 n’a pas la même signification au lycée Janson de Sailly (Paris 16ème) et au lycée Darchicourt (Hénin-Beaumont). Rien de dramatique : celui qui a 18 à Hénin-Beaumont a toutes les chances de faire une brillante carrière de professeur du second degré, quelque part entre Stains et Ivry sur Seine.

Une courbe de Gauss.

Dans les partis politiques, c’est un peu la même chose. Il y a une aile droite et une aile gauche, sauf au Modem où on a juste du plomb dans l’aile. Ainsi, même l’UMP conserve quelques modérés, et le PS présente une motion 3 à son congrès, preuve que lui aussi possède son aile gauche. Est-il pour autant un parti de gauche ? Manifestement non : ce qui en restait (de gauche au PS) est parti il y a bien longtemps pour fonder le Parti de Gauche (vous voyez, c’est limpide!). Et ceux qui se réclament encore de la gauche au PS sont soit des politicards arrivistes, soit de doux rêveurs. Dans le parti du gouvernement, la notion de gauche ne peut se comprendre que comme « relativement à la ligne dominante », laquelle est de droite.

Cette problématique, pourtant, continue de faire débat en nos rangs, et j’ai assisté l’autre soir à un nouvel échange pour déterminer si « oui ou merde, le PS est de gauche ». Pour moi, devant la confusion des termes gauche et droite, je choisis de m’en détacher et de considérer le PS pour ce qu’il est : un parti de la bourgeoisie, un ennemi de classes. Mais le divorce n’étant pas tout à fait consommé entre le PS et la gauche, les discours manquent parfois de cohérence. « N’oublions pas que l’ennemi principal reste la droite, et derrière elle l’extrême-droite » déclarait l’un d’entre nous. C’est une erreur. L’ennemi, c’est le capitalisme qui se matérialise dans les gouvernements qui le défendent. L’ennemi, c’est aujourd’hui Hollande et sa clique, comme hier Sarkozy et ses nervis déguisés en ministres. Le fascisme n’est pas un point de vue politique, c’est la négation de l’Homme. Il se combat en menant des politiques de gauche, pas autrement. Et force est de constater que le fascisme reprend du poil de la bête dans notre beau pays, à coup de pains au chocolat, de pogroms et de nostalgie d’une France qui n’a jamais véritablement existé. J’en passe, en relevant au passage l’incompétence d’un parti de la majorité qui pense que mettre à sa tête une figure notoire de SOS Racisme sera suffisant !

Quelqu’un disait que le fascisme était le moyen trouvé par la petite bourgeoisie de régler la question de la crise à coup de mitraillettes. Pour battre le fascisme, nous devrons donc fonder une nouvelle république, soucieuse des intérêts des travailleurs. Cela s’appelle faire de la politique, et ça passe par le combat contre un gouvernement qui est aujourd’hui l’ennemi numéro 1 de la classe ouvrière. Pour les fascistes, si le premier travail échoue, il ne restera tôt ou tard que les mitraillettes.

Tagué , , , , , , , , , , , , , , ,