Lettre ouverte à Jean Quatremer

Monsieur Quatremer, j’ai failli ne pas écrire ce billet vous concernant. L’idée m’est venue quand j’ai appris que vous cherchiez des poux à un camarade blogueur, je me suis dit que je lui afficherais mon soutien par ce biais. Et puis nous avons eu cet échange surréaliste sur Twitter, Je ne parle pas de votre menace préventive de procès, voilà qui est une bien pathétique tentative d’intimidation. Je lui ai accordé l’importance qu’elle mérite : aucune. Non, ce dont je me suis rendu compte, c’est que je m’apprêtais à vous faire une publicité déraisonnable. Je ne dispose que d’une audience toute relative, mais à l’heure où les pages de Libération s’affirment de plus en plus comme un bon moyen de caler un meuble bancal, j’ai bon espoir d’avoir bientôt plus de lecteurs que vous. Si à cela j’ajoute que j’ai la gueule de bois, qu’il y a manif à 13h et que j’ai une lessive à accrocher, vous comprendrez que je ne déborde pas d’enthousiasme. Mais j’ai promis, et je n’aime pas faillir à ma parole.

Ouh là ! Je dois faire attention à ce que j'écris.

Ouh là ! Je dois faire attention à ce que j’écris.

Donc, Monsieur, si j’ai bien compris, vous n’aimez pas être traité d’antisémite. C’est désagréable, j’en conviens, et je ne me permettrais pas de relayer cette insulte à votre égard. Cependant, vos récents propos m’ont sérieusement perturbé, et pour en avoir discuté avec d’autres, je sais que je ne suis pas le seul. J’avais pris l’habitude de vos attaques à l’encontre de Jean-Luc Mélenchon, et lors de notre congrès, je m’attendais à de nouvelles attaques, peu importe ses déclarations. C’est la nature du coup porté qui m’a glacé d’effroi. D’incompréhension, d’abord, tant je me suis senti idiot. C’était le samedi soir, je venais de lire le billet de mon ami Nathanaël, je l’ai croisé et lui ai demandé : « Sérieux, c’est quoi le rapport ? » C’est quoi, Monsieur Quatremer, le lien entre l’expression « finance internationale » et la religion juive ? Je vous pose la question car manifestement, je n’ai pas l’intelligence nécessaire pour comprendre cette analyse de la politique européenne qui n’est pas sans rappeler la finesse idéologique de l’album de Tintin L’étoile mystérieuse. Bref, la crédibilité de votre remarque sonne aussi juste que celle de mon voisin du dessus quand il me dit du voisin du dessous : « Il m’a traité de fils de pute, cet enculé ! »

On pourrait disserter longuement sur ce qui se passe dans la tête des gens, faire des procès d’intention et organiser une chasse aux sorcières. Cela n’a guère d’intérêt au fond. J’aimerais toutefois, si vous le permettez, vous donner un conseil. Soyez un peu plus avare de vos menaces, elles pourraient finir par passer pour ce qu’elles sont : des fanfaronnades. Les « insultes » dont vous vous plaignez n’ont pas la gravité d’une insulte de cour d’école, et je sais de quoi je parle. Si nos propos à votre encontre méritaient des procès, alors la moitié de mes élèves pourrait traîner en justice l’autre moitié, et je pourrais moi-même attaquer mes élèves suffisamment souvent pour en faire une source de revenus supérieure à mon traitement. S’il vous plaît, gardons notre sérieux.

Finalement, vous qui êtes si prompt à menacer et à donner des leçons, comprenez-vous seulement le sens des mots ? Connaissez-vous, par exemple, le sens du mot « secte » ? C’est le terme que vous utilisez pour commenter l’expression « gratte-papier » que j’ai utilisée pour vous définir. Contrairement à ce que vous semblez croire, ce n’est pas une insulte, c’est un jugement de valeurs, une appréciation de votre absence de talent. J’y suis autorisé, je ne suis qu’un simple blogueur. Mes billets n’engagent que moi, et j’assume pleinement leur parti pris politique. Je ne suis pas journaliste, je n’écris pas pour informer.

La paille, la poutre...

La paille, la poutre…

Le problème, c’est qu’on se demande si vous, qui vous dites journaliste, écrivez pour informer. Il y a de quoi s’interroger, en effet, quand on constate à quel point vous faites feu de tout bois dès lors qu’il s’agit de porter le discrédit sur le co-président de mon parti. Qu’il s’agisse du vote sur les farines animales au Parlement européen, ou de propos tenus à notre congrès, vous n’êtes pas très regardant. Toujours prompt à vous engouffrer dans la brèche, vous vous souciez assez peu de vérifier si l’argument n’est pas, par hasard, un peu tiré par les cheveux. Loin de moi l’idée de vous faire une leçon de professionnalisme, le métier de journaliste n’est pas le mien. Je me contente ici d’énoncer des faits.

Enfin, vous prétendez n’attaquer que Mélenchon, pas les militants de son parti. Se sentir flétri par ricochets des injures que vous lui adressez serait « sectaire ». Ce qui est ironique, c’est que dans le cas contraire, vous ironiseriez probablement sur des tensions fratricides en notre sein. Monsieur Quatremer, lorsque vous déversez votre fiel sur Jean-Luc Mélenchon, votre cible n’est pas mon voisin du dessous (vous savez, l’enculé qui a traité mon voisin du dessus de fils de pute). Ce n’est pas une attaque contre un individu, mais contre un projet politique. Finalement, vous et moi avons un point commun : nous sommes tous les deux des combattants de la lutte des classes, chacun dans son camp. Ce qui nous différencie, c’est que je l’assume et avance à visage découvert.

Bonus musical : Renaud : Où c’est qu’j’ai mis mon flingue ?

Publicités
Tagué , , , , , ,

11 réflexions sur “Lettre ouverte à Jean Quatremer

  1. odysseum dit :

    Il existe un petit (enfin pas si petit hélas) groupe de journaleux sans grand talent qui haïssent la gauche et surtout ceux qui se mettent en avant, connaissent et maîtrisent bien leurs sujets et font montre d’une richesse culturelle enviable comme Jean-Luc Mélenchon. Ces gratte-papiers besogneux n’écoutent jamais le fond du discours (sans doute par peur d’être convaincus et séduits à moins que ce ne soit la crainte de ne rien comprendre) mais s’attachent à la forme et tentent toujours de chercher le cailloux qui pourra bien faire trébucher l’orateur auquel ils vouent une haine aussi féroce qu’insensée.
    Et ils amusent la galerie avec leurs pamphlets imprimés à l’acide bon marché.
    Mais cette vacuité ne trompe pas grand monde à part les sots et l’extrême droite peut-être.

  2. Zap Pow dit :

    Jolie mise au point. Les journalistes sont devenus pour beaucoup de drôles d’animaux. Ils ont des comportements finalement assez moutonniers, se prennent inconsciemment, collectivement, pour un troupeau de vaches sacrées. J’arrête là les références animales, avant qu’elles ne deviennent insultantes. c’est qu’en plus, fiers comme des poux, ils sont susceptibles comme des truites (un poisson qui prend la mouche dès qu’il est en présence d’un pêcheur).

  3. tonino27 dit :

    C’est rock’n roll et c’est bon !
    J’avais en tête une phrase célèbre : « pour l’honneur de l’esprit humain », dans laquelle le mot honneur a tant de sens et de considération, (là, j’en fait peut-être trop) !
    L’individu auquel on préférerait ne pas penser devra quand même prouver que de l’honneur il en a, et de la considération aussi, mais comme il nous sidère et qu’il est con-
    -nu, de ce côté là, ça devrait le faire.

  4. O.P.I.A.M. dit :

    Merci pour ton soutien camarade !

  5. alba1135 dit :

    Ils sont a bout de souffle, on lache rien …

  6. […] faut trouver la “Une”. Mélenchon est national socialiste. Alors les graphistes sont sur le pont. Brainstorming à fond. Résultat, la silhouette d’un […]

  7. […] résumé en images du journal fondé par celui qui refusa le Prix Nobel – et tenu par des écrivaillons sans talent – soit lu en voix off dans tous les cinémas par un stagiaire à la voix de préférence […]

  8. […] J’ai souffert de voir vos visages fermés, cette absence de joie, ces tensions à fleur de peau. Quatremer avait encore sévi en votre nom à tous et, comme d’habitude, la rédaction en chef n’avait pas […]

  9. Nounourse dit :

    Je ne prends connaissance qu’aujourd’hui de ce billet, que je trouve excellent !
    Si je l’ai découvert c’est que j’ai fait une petite recherche gogolesque sur Quatremer suite à cette info d’ASI, m’apprenant que le triste sieur veut faite interdire E. Todd d’antenne ! L’a vraiment une chouette conception de la liberté d’expression ce ******* si vif à dégainer les menaces contre qui le critique !

    http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=15537

    Tiens , au passage, vu que je retransmettais l’info en question sur notre forum politique, j’ai mis un lien vers votre billet :

    http://sarkostique.fr/index.php?topic=1457.msg40389#msg40389

  10. […] faut trouver la “Une”. Mélenchon est national socialiste. Alors les graphistes sont sur le pont. Brainstorming à fond. Résultat, la silhouette d’un […]

  11. en fait Quatremer insulte tout le monde :

    J’avais posté le commentaire ci-dessous (fort modéré, dans un
    but de contre-propagande, il fallait qu’il soit publiable) sur le blog de
    Quatremer au sujet de son article assez immonde sur l’ERT

    « Pour essayer de vous faire sentir le fond de la réaction de certains de
    vos lecteurs, il me vient la comparaison suivante : imaginez avoir été
    témoin d’un viol et que vous lisiez le lendemain dans le journal : « la
    prétendue victime n’était qu’une p…te. » C’est l’effet que ça fait, en
    l’absence de condamnation ferme. J’ai envie, à jeu renversé, de vous poser
    une question à la Pujadas : « Jean Quatremer, est-ce que vous condamnez
    cette violence d’Etat ? – Mais enfin, vous parlez de violence alors que
    cette télé est toute pourrie, c’est ça l’important… Est-ce que vous
    condamnez cette violence?? Est-ce que VOUS CONDAMNEZ CETTE VIOLENCE
    D’ETAT? » Question subsidiaire : est-ce que vous faites confiance à Samaras
    pour mettre en place une télévision publique démocratique et pluraliste
    avec des statuts garantissant l’indépendance des personnels notamment les
    journalistes ? Et comment devrait-elle fonctionner ? Faut-il envisager de
    nommer un représentant de la troïka à sa tête pendant une période de
    transition, comme à la tête des administrations centrales grecques ? »

    j’ai reçu ça :

    —————————- Message original —————————-
    Objet: modération
    De: « Jean Quatremer »
    Date: Ven 14 juin 2013 16:44
    À: concierge@europa-museum.org
    ————————————————————————–

    Vous écrivez sous le logo du Musée de l’Europe. Je ne sais pas qui vous
    êtes, mais je vais le trouver. Car vous êtes non seulement un con
    chimiquement pur, mais un être répugnant.

    J’ai répondu ceci :

    Cher Jean Quatremer, je tenais à vous signaler qu’apparemment votre site a
    été hacké. En effet, nous avons reçu le message de modération suivant
    (voir ci-dessus)

    Il est évident que ce message ne peut émaner d’un journaliste au sens
    occidental (1) du terme (même si nous ne pouvons affirmer clairement s’il
    est issu du Zimbabwe ou de la Grèce, pour vous citer (2), malgré la
    qualité des équipes de chercheurs du Musée de l’Europe & de l’Afrique).

    (1) « Il n’y a pas de service public au sens occidental du terme. En Grèce,
    une économique de type soviétique en transition depuis Papandréou père, on
    fait d’ailleurs semblant de payer des impôts car l’Etat fait semblant de
    fournir des services publics. »

    (2) « Ce réflexe pavlovien de certains Français est juste hallucinant: un
    fonctionnaire français n’est pas un fonctionnaire grec, c’est aussi simple
    que cela. Ce serait comme de comparer un flic français à un flic
    zimbabwéen… Il faut s’intéresser à la réalité et pas seulement aux
    mots. »

    Je vous invite donc à faire un briefing de sécurité de votre blog et
    espère que vous aurez à cœur, de publier le post pour rappel ci-dessous.

    Très cordialement, le Concierge du Musée de l’Europe

    PS : Pour répondre à votre autre question, il s’agit en effet de la
    position officielle du Musée de l’Europe. Et pour être complet, chaque
    réaction de vos lecteurs est également officielle (et mises ensemble elles
    forment une opinion majoritaire sur votre blog, même si vous semblez
    suspecter un bourrage du blog par une armée secrète de « gauchos » parisiens
    déguisés en Grecs, ce qui reste à prouver. Tout comme il reste à prouver
    qu’au royaume des lobbies qu’est Bruxelles vous n’êtes pas arrosé par l’un
    ou l’autre think tank, ce qui expliquerait pourquoi vous n’enquêtez jamais
    sur ces sujets). Une rapide analyse, qui sera raffinée prochainement, mène
    à la conclusion suivante : cette opinion se déclare une première fois en
    état de choc face à un nouvel acte de destruction de l’idée même de droit
    du travail et d’Etat de droit en Grèce (ce qui exclut bien évidemment d’en
    construire un… ce sera donc autre chose, apparemment « nauséabond » et vos
    lecteurs n’ont pas besoin de l’odeur car ils en ont la vue). Et une
    deuxième fois par la LEGITIMATION par blâme de la victime lui en déniant
    le statut qu’elle justifie à l’évidence quelle que puisse être la vertu
    supposée d’un ensemble fait de multiples composantes. LEGITIMATION (à
    « contre-courant » (sic) de ses lecteurs… mais pas des pouvoirs
    officiels ! Quel courage vous avez !) commise par un journaliste au statut
    de quasi-fonctionnaire de l’information à Bruxelles (en effet comme votre
    inamovible collègue Quentin Dickinson, vous avez une stabilité de l’emploi
    quasi-soviétique, qui n’est guère en phase avec les conditions faites aux
    travailleurs de l’information qui ont débarqué dans le meilleur des mondes
    précaires dont à longueur d’articles vous légitimez la construction).

    Ci-dessous, pour publication immédiate sous peine de fermeture dans deux
    heures de votre blog parce que « c’est fini maintenant », mon post d’origine

    (…)

    Réponse :

    —————————- Message original —————————-
    Objet: modération
    De: « Jean Quatremer »
    Date: Lun 17 juin 2013 23:46
    À: « concierge@europa-museum.org »
    ————————————————————————–

    Mon dingo,

    Avec une adresse IP du Midi-Pyrénées, tu es crédible.

    Au fait, as-tu un minimum de courage ? Si oui, donne-moi ton nom et
    adresse qu’on s’amuse un peu tous les deux.

    Jean Quatremer
    Libération

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :