Du rock et du rouge (de Bordeaux)

Il est rigolo le taulier du Cri du peuple, à me demander d’écrire un billet sur mes attentes concernant le congrès du Parti de Gauche, dans dix jours, à Bordeaux. Il est rigolo parce qu’écrire après lui sur le même thème, il sait combien ça me fait complexer. Il l’est encore plus de me demander ça au moment même où il écrit qu’il n’est pas l’avenir de ce parti. Ironie vicieuse de sa part, lui qui sait que la seule pression que j’aime, je la pose devant moi sur un comptoir. Il est rigolo enfin parce qu’il m’oblige ainsi à lui répondre.

Nous sommes un parti politique, pas un club de bridge, même si certains parmi nous semblent ne pas comprendre la différence. Nous sommes encore moins un club de tennis avec ses « poussins », ses « cadets », ses « seniors » et ses « vétérans ». Je l’ai écrit récemment, ce projet que nous portons nous dépasse, et dépasse nos âges et nos parcours personnels. Nathanaël peut bien faire une liste (non exhaustive, je l’espère) de gens qu’il estime politiquement en notre sein, ça ne me fait ni chaud, ni froid. Pour ma part, je sais quelle estime je porte à chacun de mes camarades, quelle défiance m’habite vis-à-vis d’autres, et combien j’ai à cœur de me limiter sur ce point au champ politique. Peu m’importe les personnes, tant qu’elles font vivre notre parti en lui permettant de porter une cohérence politique. Pas question, en ce qui me concerne, de me prêter au jeu des revanchards dont les objectifs politiques se mesurent à l’aune de leurs ambitions de pouvoir personnel ou de leurs histoires de fesses.

Les noms ne m’intéressent pas, et je tentais l’autre jour de l’expliquer à un camarade un peu benêt d’une autre organisation. Communiste je suis, mais peu m’importent les marteaux et les faucilles, peu m’importent le nom des personnes, et le nom des partis. Je l’ai affirmé ailleurs : je pourrais adhérer à un parti portant le nom d’Union pour un Mouvement Populaire, si celui-ci avait pour objectif une société sans État et sans classes.

Le message est clair et n'a pas une ride.

Le message est clair et n’a pas une ride.

Il se trouve que l’organisation qui se rapproche aujourd’hui le plus de ce projet a pour nom Front de Gauche. Mon adhésion au Parti de Gauche n’a de sens que dans la perspective de la construction et de la pérennisation du Front de Gauche. Autrement dit, je suis au Front de Gauche bien avant d’être au Parti de Gauche, et si je crois être loyal, que l’on sache bien que ma seule loyauté indéfectible est idéologique, et que la source en est synthétisée dans Le manifeste du Parti Communiste de Marx et Engels. Tant pis si ça en choque certains, tant pis si on me voit en gauchiste, je fais mienne cette phrase de Lénine : « Seule la vérité est révolutionnaire. »

À titre personnel, mon apport sera clair : il sera celui pour lequel j’ai été mandaté. Notre comité a proposé un certain nombre d’amendements à la plate-forme d’orientation proposée, certains ont été rejetés, d’autres intégrés au texte. Ma tâche consistera à défendre ceux soumis au débat. J’aurai d’autant moins de mal à accomplir celle-ci avec honnêteté que je suis en phase avec la ligne défendue par mon comité. J’en ai déjà parlé, nous avons fait à Montreuil le pari de l’intelligence collective, le pari de construire notre parti ensemble et pas les uns contre les autres. Nous ne sommes ni un parti de renoncements, ni un parti de permanents, et c’est jusqu’à présent notre force.

Pas besoin de guerre des chefs : les voilà mes chefs !

Pas besoin de guerre des chefs : les voilà mes chefs !

Un congrès, c’est le point culminant d’une période politique déterminée, et j’œuvrerai dans la limite de mes moyens à faire vivre cette cohérence, cette cohésion et cette audace idéologique qui m’ont fait adhérer au Parti de Gauche plutôt qu’à un autre parti. Mais trêve de nombrilisme, le congrès d’un parti de 12,000 membres est un micro-événement, et je suis gentil. Les véritables enjeux sont ailleurs que dans ce microcosme si souvent parisien. Et l’enthousiasme que nous choisissons de placer dans notre congrès sera vain si nous nous montrons incapables de proposer un projet politique en mesure de contribuer à l’émancipation de la classe ouvrière. J’ai confiance en mes camarades pour faire la part des choses et ne pas se laisser détourner de ce qui doit être notre unique but. Le reste n’est que vanité déplacée.

Bonus musical : Aerosmith – Dream On

Publicités
Tagué , , , , , , , , ,

6 réflexions sur “Du rock et du rouge (de Bordeaux)

  1. Socialisme Critique dit :

    « Seule la vérité est révolutionnaire. »

    Ce n’est pas de Lénine, mais de Ferdinand Lassalle. Cette formule a été ensuite reprise par Gramsci.

    Maintenant que j’ai fait mon intéressant, bon courage pour ce congrès. Je sais par expérience que l’aventure du Front de Gauche est une aventure complexe et délicate, mais j’ai confiance en vous, gens du PG. Vous êtes parmi ce qu’il y a de mieux à gauche.

  2. […] formation de chaque militant est un enjeu local autant que national. J’espère que ce congrès sera l’opportunité d’un élan nouveau en ce sens. Ça ne pourra pas être une perte de […]

  3. Molinier dit :

    On apprend quelque chose d’extraordinaire dans ce texte. Le « Front de Gauche » lutte pour une société sans classes et sans état! J’aimerais bien que l’on me sorte les textes qui le disent. J’ai lu le programme du PG, sur le plan économique il est proposé une économie mixte conservant une part de capitalisme et donc de propriété privée et de classes sociales tout en nationalisant une part majeure de l’industrie et des services (ce qui en soit n’est pas anticapitaliste, Mitterand a démontré que l’on peut nationaliser sans toucher au mode de fonctionnement de ces entreprises). Alors bon je veux bien qu’on mêle tout et n’importe quoi, qu’on colle un marteau et une faucille à un parti qui fait plus référence à Bernstein qu’à Karl Marx mais à un moment donné « seule la vérité est révolutionnaire » pas les illusions d’un marxiste qui prend des grenouilles pour des boeufs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :